Instants saisis, film documentaire de valorisation d’un fonds photographique patrimonial

Affiche Trutat 600

Dans le film Instants saisis d’Emma Fariñas, il est question de photographie. Mais pas seulement, car l’œuvre photographique d’Eugène Trutat, le sujet du film, relève aussi d’un travail scientifique et ethnographique. Pour présenter Eugène Trutat, Emma Fariñas a exploité le fonds documentaire du Museum d’histoire naturelle de Toulouse, dont il a été le premier directeur de 1890 à 1900.

Ce documentaire mêle des images fixes à des images animées, par l’intervention de différentes instances contemporaines discourant sur la démarche, le travail et l’œuvre de Trutat.

L’objet de ce billet est d’analyser le contenu et la facture du film afin de montrer en quoi ses caractéristiques formelles rencontrent le sujet du film.

Pour ce faire, une mise en contexte est nécessaire, concernant Eugène Trutat et le fonds exploité, avant de présenter le film, son contenu, la construction du récit et les partis pris de l’auteure.

 

Mise en contexte : Eugène Trutat, sciences naturelles et photographie

Eugène Trutat, né en 1840, est d’abord naturaliste. Directeur du Museum d’histoire naturelle de Toulouse, il découvre la photographie par la lanterne magique, le collodion humide, le gélatino-bromure puis les plaques de verre. Immédiatement, il voit en cette technique un formidable moyen pour inventorier le réel. Son époque est celle de la Révolution industrielle, période de mutations et de changements ; c’est aussi le temps des premières voies de chemin de fer. Trutat, homme de son temps, se saisit de ce moyen de transport et parcours la région. Albi, Foix, les Pyrénées, sa démarche d’abord scientifique d’observation des glaciers s’élargit à tout ce qui peut se présenter devant son objectif, au gré de ses déplacements. Souhaitant garder trace de tout, son travail de photographe relève de l’ethnographie. Puis, avec le temps, ses clichés témoignent d’une sensibilité artistique, par le sens du cadrage et de la composition. Si trois lieux de conservation toulousains sont dépositaires d’une partie du fonds Trutat aujourd’hui, la majorité de ses clichés est conservée au Museum d’histoire naturelle. Là se trouvaient des dizaines de caisses renfermant des plaques de verre, lesquelles ont été inventoriées lors de la restauration du Museum dans les années 2000. C’est ce fonds numérisé qu’Emma Fariñas a exploré pour donner un aperçu global mais personnel de l’œuvre de Trutat. Face à l’abondance des sources, elle a opéré des choix et propose ainsi un récit mêlant des images d’archives et des interventions de différents spécialistes de Trutat.

 

Un récit à trois voix pour un homme aux pratiques multiples

Le récit s’appuie sur les images, et s’articule autour de thématiques pour présenter des axes du travail de Trutat – sans prétendre à l’exhaustivité –, ainsi que les différentes facettes du personnage. Photographie naturalistes (animaux naturalisés, paysages, etc.), sociale, événementielle, Trutat a traité de tous les sujets. Pour accompagner ces images, le film donne la parole à trois instances.

La première est scientifique et documentaire : Frédérique Gaillard, responsable de la photothèque au Museum d’histoire naturelle, aux côtés de Luce Lebart, directrice des collections à la Société française de photographie, manipulent des pièces du fonds du Museum, plaques de verre négatives et positives, et échangent sur l’homme, sa démarche, les techniques employées et les contraintes de l’époque. Assises côte à côte dans la bibliothèque du Museum, elles incarnent l’aspect documentaire du travail de Trutat, comme documents matériels devant être conservés et protégés.

La deuxième, scientifique également, est aussi territoriale et expériencielle : Jean-Paul Métailié, géographe, directeur de recherches au CNRS et appartenant au laboratoire GEODE (Université Toulouse 2) nous mène, lui, dans les Pyrénées. Trutat a abondamment photographiée la chaîne pyrénéenne dans une démarche climatologique et géologique. Comme lui, Jean-Paul Métailié prend des clichés pour analyser les changements survenus dans la végétation, les glaciers, etc. Sur le terrain, le même terrain que Trutat, Jean-Paul Métailié donne sens à la dimension documentaire du fonds. Ce sont les informations contenues dans les documents photographiques qu’il met en valeur. Enfin, Jean-Paul Métailié s’intéresse à l’évolution des paysages et s’inscrit donc dans la continuité de l’œuvre de Trutat.

Le troisième intervenant, Frédéric Ripoll, est photographe. Il a été chargé de mission par le Museum d’histoire naturelle de Toulouse pour assurer l’inventaire et la numérisation du fonds. Son approche, plus sensible, est similaire à celle de Trutat : capturer le réel. Imprégné des images qu’il a côtoyées pendant plusieurs années, Ripoll décrit la pratique de Trutat, ses techniques de photographie à l’insu de ses sujets, et se permet une interprétation artistique de l’œuvre. Comme lui, il pratique cet art de la « photographie volée », selon les termes de Trutat.

Ces trois instances narratives permettent de présenter trois aspects complémentaires du personnage, que la mise en scène du documentaire retranscrit avec justesse. En effet, les lieux d’entretiens sont respectivement : la bibliothèque du Museum d’histoire naturelle, les montagnes pyrénéennes, puis le bureau de Frédéric Ripoll et l’espace extérieur, urbain notamment. Or, Trutat, homme de science, fréquentait respectivement des lieux de recherche ; il était aussi un homme de terrain, partant en excursion avec son matériel photographique ; et la photographie faisait partie intégrante de sa vie, dans son espace de travail comme dans la vie de tous les jours, puisqu’il avait l’ambition de pouvoir témoigner de tout grâce à ce médium. Par ce choix de mises en scènes, la réalisatrice enrichit le propos du film, en restituant l’esprit de Trutat au-delà des mots et des images.

 

L’auteure et son sujet

Emma Fariñas respecte la démarche documentaire de Trutat qui, comme il est dit dans le film, ne hiérarchisait pas ses sujets. Comme lui, elle aborde avec le même intérêt les différents aspects de son travail et – chose rare en documentaire – elle ne nomme pas directement les choses. Les intervenants, tout d’abord, ne sont pas nommés par un titrage sur la bande vidéo. Leur fonction et leur rapport au photographe deviennent néanmoins évidents au cours du film, par les propos tenus ou par les situations d’énonciation.

Par ailleurs, le film d’Emma Fariñas dépasse le documentaire en osant des dispositifs audacieux. Ainsi du passage durant lequel la caméra, fixée sur une bicyclette, sillonne les rues de Toulouse, ou de l’ascension en montagne illustrée d’un point de vue très réaliste sur un sentier de randonnée. Ces deux séquences sont accompagnées d’une bande sonore jouant sur l’amplification de l’effet de dépaysement : bruits de bicyclette et de sonnette dans le premier cas, et souffle de respiration dans le second. Ces passages, non conventionnels, font écho aux nombreuses expérimentations auxquelles Trutat s’est livré avec la photographie, mais, ici avec l’audiovisuel.

Quant aux images d’archives, elles se succèdent mais ne sont pas l’objet de descriptions détaillées. Elles accompagnent le propos qu’elles motivent. Au total, à peine 130 images sont présentées, sélectionnées parmi près de 20 000 images du fonds Trutat, réparti entre le Museum d’histoire naturelle, les archives et la bibliothèque municipales de Toulouse. Ces images offrent un panorama du travail de Trutat et une fois de plus, la réalisatrice a su traduire la constance et la persévérance du photographe dans son travail. Si les images correspondent en général à la thématique abordée, certaines font écho les unes aux autres d’un bout à l’autre du film. Ainsi d’une des premières images, vue en négatif, de la place du Capitole de Toulouse, montrée à nouveau dans la fin du film, en positif cette fois-ci. Ces deux vues qui encadrent le film ne sont pourtant pas – loin de là – les deux seules prises de cette place par le photographe. C’est donc montrer que le travail documentaire de Trutat est à la fois répétitif et accompli, passant du négatif au positif, pour toujours donner à voir de nouveau le monde en perpétuelle transformation.

Quant à la durée d’exposition des images de Trutat, elle varie de quelques secondes à vingt. Par ce procédé, Emma Fariñas engage le spectateur à la contemplation, pour donner à voir ce présent insaisissable et cet état du monde tellement éphémère dont Trutat souhaitait témoigner.

Enfin, la bande son du film est une création originale de Thomas Hilbert, compositeur électroacoustique et artiste sonore. La création sonore accompagne l’expérience sensorielle et intellectuelle du film, en jouant sur les effets de profondeur et de stéréophonie.

Instants saisis d’Emma Fariñas est un film documentaire original et ambitieux, mettant en scène une infime partie d’un très riche fonds photographique, qui parvient à insuffler aux images de Trutat la vie que celui-ci cherchait à capturer en prenant ses clichés. Grâce au montage et au rapport instauré entre les images d’archives, les interviews et le travail du son, ce film documentaire se détourne de la biographie et offre, au travers d’une expérience de photographie en images animées d’une rare intensité, un regard d’auteur sur un travail scientifique, ethnographique et patrimonial.

Instants saisis

Réalisation Emma Fariñas

Mira productions

45 min, vidéo

Projection prévue en automne 2015 à Toulouse, dans le cadre des 150 ans du Museum d’histoire naturelle de Toulouse

 

P.S. : L’auteur remercie la réalisatrice Emma Fariñas pour son aide dans la rédaction de ce billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *