Ma télé exposée! l’exposition Culture TV au Musée des arts et métiers

Compte rendu collectif de l’exposition temporaire du Musée des arts et métiers

Culture TV. La Saga de la télévision française

La visite de cette exposition temporaire était inscrite au programme de la deuxième séance d’APPIA de cette année 2014-2015, à Paris.

Deux membres d’APPIA ont choisi de participer au compte rendu collectif de cette exposition, Stéphanie-Emmanuelle Louis, docteure en histoire et animatrice de l’APPIA (S-E.L.), et Nicolas Schmidt, ingénieur de recherches à l’IHTP (N.S.).

  • IMPRESSION GENERALE
S-E L.: Exposition dense dans son contenu comme dans sa présentation. Une exposition panoramique, riche mais parfois étourdissante par la masse de ce qu’elle présente. Elle semble tout à fait assumer que le visiteur ne verra pas tout. Plus descriptif, que problématique.
N. S: L’espace, vaste et volumineux, est bien agencé, même si l’ensemble est très copieux, donnant par ailleurs une impression d’immersion. L’appellation « saga de la télévision française » donne bien une idée de l’abondance de documents, matériel et programmation.
  • PROPOS SCIENTIFIQUE
S-E L.: Dans la pièce principale, le discours des commissaires semble de déplier à trois niveaux: au centre, les appareils qui seront le point commun entre les programmes de divertissement  et les programmes d’information et les images de la vie politique. C’est schématique mais efficace. Quant à la patrimonialisation, le propos est simple: parce que la télévision a généré une culture commune en France, par des programmes d’information et de divertissement, elle a désormais sa place au musée. Cette exposition exemplifie d’ailleurs, lorsque l’on prête attention aux groupes de visiteurs qui la parcourent et à leurs conversations, que la télévision se transmet entre les générations, tel un héritage. Le passé télévisuel crée du lien social.
N. S: Outre les informations historiques, il est très appréciable de découvrir la multitude d’appareils exposés, depuis les premiers essais de télévision dans les années 1930 (avec des dispositifs  ingénieux, comme une loupe devant l’écran, pour agrandir l’image), rendant compte de la télévision comme objet esthétique et technique. Finir cette évolution (sans doute encore inachevée), par un écran grand format et incurvé montre que la technicité prend de plus en plus d’importance et que la télévision ne sert plus seulement à recevoir des programmes mais toutes sortes d’images (venues d’Internet par exemple). La comparaison de qualité d’image – clarté, couleur, précision des détails – de sites mis côte à côte, permet d’apprécier un côté grand spectacle.
  • SCENOGRAPHIE
S-E L.: L’espace est constitué d’une enfilade de pièces en longueur, il ne semble pas facile à moduler avec le mobilier d’exposition. L’encombrement de la pièce principale contraste avec la vacuité des autres: hall, antichambre, couloirs, salle de projection et studio météo. Dans cette pièce, les niveaux de lecture se superposent et se juxtaposent, nuisant parfois à la lisibilité générale, provoquant comme une sorte de brouillage.
Dans la pièce principale, les grandes vitrines d’appareils font l’effet d’une colonne vertébrale.Au-dessus la chronologie des faits marquants relatifs au développement de l’industrie télévisuelle figure l’articulation entre appareil technique et produit culturel. On regrette que les chronologies de ces deux étages centraux coïncident mal, complexifiant considérablement la saisie synthétique de l’information et de la mise en rapport de la technique et de sa diffusion sociale. Beau relief créé par l’approche thématique des programmes de divertissement à gauche en entrant, et l’approche chronologique des programmes d’information et des images de la vie politique, à droite. Hors de la pièce principale, la présentation semble bâclée, alors qu’elle est simplement allégée.
N. S: La présentation de l’histoire de la télévision sur des supports de haute taille et circulaires ne conduit sans doute pas à tout lire en détails mais il est possible de suivre les grandes tendances, les moments marquants de l’histoire de la télévision française.
  • INTEGRATION DES IMAGES ANIMEES DANS LE CIRCUIT
S-E L.: A cet égard, le parcours est très richement documenté. Les écrans supports d’images animées foisonnent en tous points du circuits, il y en a presque trop. Il y a de grands écrans avec des sièges, des bornes interactives ou non avec ou sans plot pour s’asseoir, des moniteurs fixés au mur diffusant des boucles. Les extraits sont légendés lors de leur diffusion et dans un générique final. Le son est audible par casque ou par douche sonore, avec un sous-titrage en français systématique qui permet toute de même aux francophones de saisir le contenu. Le temps de visionnement réel de l’ensemble des extraits dépasse certainement le temps de visite moyen.
N. S: Les extraits proposés rendent bien compte, comme il est rappelé au début, des missions historiques de la télévision française, « informer, éduquer, distraire ». Les extraits sont dans l’ensemble très connus (débats télévisés ; passage à la couleur ; extraits de dramatiques ; etc.), souvent vus dans les émissions consacrées à la télévision. Mais ils rappellent bien la constitution d’une mémoire collective, le partage d’un patrimoine (cf. « Propos scientifique »).
Très bonne idée pour le démarrage de la visite, dans la toute première salle, de présenter un extrait (4 minutes environ, de 19’40’’ à la fin, 23’44’’) de film sur la télévision du futur – sorte de docu fiction avant l’heure – où, partout, l’on voit des gens tenant des écrans de
poche, comme aujourd’hui les téléphones portables, même si la portée de l’évolution des
techniques de communication ne semble pas présentée comme un enjeu de société, ni avoir un caractère mondial.
Télévision: oeil de demain Réalisation de J.K. Raymond Millet, Télévision : œil de demain. Reportage dans le présent et dans l’avenir, datant de 1947, s’inspirant de quelques idées de Cinéma total, de René Barjavel, anticipant sur l’avenir de la télévision.
L’extrait n’est cependant pas très mis en valeur, un grand écran aurait sans doute été préférable.
  • ENVIRONNEMENT TEXTUEL (brochure, catalogue…)
S-E L.: Pas de brochure à ma connaissance. Elle aurait été utile pour revenir sur le circuit après la visite. Le catalogue virtuel est une idée séduisante. Il est censé faciliter le visionnement d’extraits d’émissions citées, en somme de ne pas parler de l’histoire de la télévision sans voir les images dont il est question. Dans la pratique toutefois, l’accessibilité des contenus se trouve réduite par des paramètres techniques car l’application développée n’est pas compatible avec les mobiles Android. Par ailleurs, ce produit éditorial ne sera accessible que sur une durée limitée et on regrette donc, d’ores-et-déjà que la vocation conservatoire du catalogue d’exposition ne soit pas vraiment respectée.
N. S: Une cartographie de l’exposition aurait été appréciable, vu le foisonnement d’informations. Elle est peut-être présente dans le catalogue numérique indiqué dans le dépliant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *