L’APPIA, un espace d’échanges

De nos jours, les rapports étroits entre patrimoine et images animées s’illustrent à travers l’omniprésence du film dans les musées, les nombreuses reconstitutions virtuelles de sites archéologiques, ou encore, les médiations multimédia mobiles. Ce champ d’étude reste trop largement inexploré. Ainsi se justifie la création d’un Atelier de Prospection sur le Patrimoine et les Images Animées qui permette, en privilégiant des projets souples et collaboratifs, d’investiguer progressivement ce vaste territoire.

Le premier objectif de l’APPIA consiste à doter les communautés scientifiques et professionnelles d’un nouvel espace de rencontre et d’un outil de partage autour de la question du patrimoine et des images animées, afin de susciter des enquêtes, élaborer des méthodes de recherche et constituer un répertoire d’expériences et de dispositifs.

Le projet s’inscrit dans la continuité du colloque « La Moviola et les cimaises. Usages et pratiques des images animées en contexte patrimonial, des dispositifs à l’épreuve des publics » qui s’était déroulé en décembre 2010 avec le soutien de l’INSHS-CNRS[1]. Déjà à l’époque, créer les conditions du dialogue entre chercheurs et professionnels du patrimoine s’était posé comme un aspect primordial. Notamment parce que la recherche, pour opérer des analyses pertinentes, ne peut se couper des réalités du terrain. Notamment parce que les productions culturelles des institutions et la communication liée s’inscrivent dans des problématiques plus globales permettant de penser le monde contemporain.

Ainsi le champ d’étude se configure-t-il à travers des questions fort diverses, ayant trait tant à la muséologie, à l’histoire des représentations ou à la sociologie des arts et de la culture, telles :

– la conservation et la valorisation patrimoniale des images animées

– les types d’images en mouvement mobilisées par les producteurs culturels dans la médiation patrimoniale

– les types de patrimoines valorisés avec des images animées

– les dispositifs d’exposition des images animées dans les lieux de patrimoine

– les différents usages des images animées par les lieux de patrimoine

– les rapports des publics à ces types d’objets et de médiations

– la capacité des images animées à documenter les pratiques patrimoniales (professionnelles ou non) dans la société

La contribution de l’APPIA à ce défrichage progressif mais permanent prendra des formes variées : rencontres, visites, exposés, manifestations scientifiques ou culturelles, entretiens, billets méthodologiques, fiches techniques, recensions collectives, veille… L’APPIA se veut un espace de dialogue deS cultureS professionnelles et d’analyse, ouvert à tous ceux qui souhaitent s’associer à la réflexion. Les activités pourront être librement proposées par les membres de l’atelier et ce carnet en sera une vitrine.

Pour tout renseignement complémentaire, une seule adresse : carnetappia@gmail.com


Ce contenu a été publié dans Billets par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d'Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d'Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *