De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage

 

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

Depuis 2012, une équipe d’archéologie, dirigée par Olivier Weller, chercheur au CNRS à l’UMR Trajectoires, a mené des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970), réalisé d’après le conte de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig, Jacques Perrin.
Les fouilles ont porté en particulier dans le parc du château de Neuville, à Gambay, dans les Yvelines (78), où avaient été construits  les décors de la cabane de « Peau d’âne » et du repaire de la fée, sa marraine.
Ces opérations de fouilles archéologiques ont donné lieu à un film, Peau d’Ame, de Pierre Oscar Levy et Olivier Weller (2017), cf. Shellac, distributeur de Peau d’Ame (cf. livret sur le film, shellac-peau-dame-document-2353).

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, l’École nationale des chartes (75002) –  ENC_ProgrammeJournéesArcheol16juin2018 –  a proposé, le 16 juin 2018, des conférences, dont l’une d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (Peau d’âne, Demy 1970) ».

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

 

Un résumé de la conférence d’Olivier Weller, École nationale des chartes,
16 juin 2018

Clous rouillés, morceaux de plexiglas, mégots : des objets ce genre, que l’on aurait a priori pas l’idée de conserver ou d’exposer dans un musée, sont pourtant au cœur d’une recherche archéologique. Ils sont en effet des traces, précieuses, d’une activité bien définie, un tournage de film, et ainsi à même de témoigner de la fabrication d’une production culturelle, le film de Jacques Demy appartenant lui-même au patrimoine cinématographique.

Le chercheur invite à une « Archéologie du merveilleux. La cabane de Peau d’Âne »

Archéologie du merveilleux – Olivier Weller

 

Archéologie du merveilleux 2 – Olivier Weller

 

 

 

 

 

Archéologie du merveilleux 3 – Olivier Weller

Spécialiste du sel, Olivier Weller fait d’emblée le rapprochement entre cet ingrédient « invisible » et le caractère également invisible de la fabrication d’une fiction, comme celle de Peau d’âne, de Jacques Demy.

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Présentation

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Présentation

Le chercheur commence par qualifier le film de « transgénérationnel », dans la mesure où il continue à être régulièrement diffusé, à la télévision notamment, durant les fêtes de Noël. Il précise également que le film touche à un sujet sensible : l’inceste. Enfin, cette démarche de l’archéologue est la même que pour tout autre objet.
Une recherche de ce type rend compte d’un patrimoine matériel et culturel, attaché à une réalisation et une époque déterminées, tout en prenant un caractère universel.

1 – Archéologie contemporaine

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Archéologie contemporaine

Après un rappel des traumatismes des faits de violence qu’ont été les deux guerres mondiales du XXe siècle, est évoquée une opération d’archéologie de même nature, qui avait eu lieu en 1983 : « Le déjeuner sous l’herbe », par Daniel Spoerri, artiste qui avait fait enterrer dans une tranchée les traces d’un repas d’une grande tablée, restes, vaisselle, couverts, etc. En 2010, Jean-Paul Demoule avait opéré une fouille sur cette opération.
Des travaux de ce type manifestent leur intérêt pour la vie quotidienne, relevant en cela de l’histoire culturelle, qui s’intéresse aux objets et activités ordinaires et s’attache à rendre compte des créations comme des entreprises, regroupant activités et acteurs de toute nature (conception, fabrication, diffusion, etc.).

2 – Naissance d’un projet : « La cabane de Peau d’âne »

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Naissance d’un projet

Le chercheur commence par faire référence à Bruno Latour, lequel indique qu’une recherche commence à la machine à café. En effet, une discussion autour d’un café peut faire démarrer une recherche : Pierre-Arnaud de Labriffe, enfant, évoque le souvenir du tournage auquel il a assisté.
En 2012, commencent les repérages : « Du château à la ferme ». L’idée est de rechercher tous les lieux de tournage, la cabane de Peau d’âne et le repaire de la fée, dans le parc du château.
Certaines pièces de décor (comme le trône du prince) avaient été peu utilisées (s’étant finalement révélées peu commodes), mais sont toujours en usage aujourd’hui, dans le château (bâtiment loué pour des fêtes ou prises de vues).
De même, des enfants avaient joué dans la cabane de la fée, abandonnée après le tournage.
Dans la forêt, l’équipe recherche le chêne où avait été construit ce décor de cabane. Elle trouve sur un arbre des clous, plantés pour la scène où le prince monte sur la cabane pour apercevoir la jeune femme.
Les décors de cinéma se voient détournés de leur fonction, après usage pour le tournage, ne prenant alors aucun caractère patrimonial ou mémoriel.

3 – Les prospections

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Les prospections

Des techniques modernes (détecteur de métaux ; usage de courant électriques) sont utilisées pour repérer des anomalies métalliques et l’équipe plante des couverts en plastique (1 millier environ) aux endroits ainsi découverts.
Il est précisé qu’il est impossible, d’après ces repères, de déterminer les dimensions de la cabane (une estimation est fixée entre 5 et 7 mètres).
Le chercheur fait part d’un autre aspect de l’opération : les questions administratives. En effet, après la prospection, une demande d’autorisation de fouille, sans demande de subvention, est adressée au SRA (Service régional d’archéologie) et à la DRAC (Direction régionale de l’action culturelle). Refus : la démarche ne relève pas du code du patrimoine. Ni interdiction ni autorisation : les fouilles sont engagées.
A noter que « Le Déjeuner sous l’herbe » (évoqué ci-dessus) a reçu la même réponse.
Tout objet peut devenir patrimonial dans la mesure où il entre dans le cadre d’une recherche, même s’il ne s’agit pas de reconstituer des lieux ou bâtiments disparus; mais encore faut-il qu’il soit considéré comme significatif.

4 – Quatre saisons de fouille, 2013-2016

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Quatre saisons de fouille

Aujourd’hui, environ 4000 objets, fragments de verre, clous, ont été relevés.
Les objets retrouvés ont été classés en trois familles :
– « magique » : éléments de décor, de costume, vus à l’écran. Restent quelques traces matérielles des robes (strass, diamants). Les vêtements originaux ont disparu (les robes « couleur de lune », « couleur du soleil », « couleur du temps », ont été reconfectionnées par Rosalie Varda pour l’exposition « Le monde enchanté de Jacques Demy » à la Cinémathèque française en 2013).
– matériel technique : étais en métal, verre bleu plexiglas, plâtre, fragments de bouteille ayant contenu des produits chimiques, fragments de miroir, scotch rouge de fixation de câbles électriques, pièce de monnaie de 1964, perles en plastique, marteau de tapissier,  noyaux de bobines de pellicule 35 mm, électrodes de lampes à arc (Demy ne filmait pas en studio), etc.
– matériel domestique : bouteilles, fume cigarillos (fumés par des visiteurs du tournage, comme François Truffaut), filtres, bâtons de sucettes Pierrot Gourmand : objets de l’équipe de tournage et des enfants ayant occupé la cabane après le tournage.
Verre bleu : flashes ; 500 fragments de verre bleu, venant de lampes de projecteurs, équivalant à trois ampoules.
Hors fouille, a été retrouvée une fausse branche en fer (de 2 mètres de hauteur), représentant le cadre du miroir de la fée.
Ces objets coexistent, comme dans toute activité humaine ; réunis,  ils prennent leur sens en étant les traces de présences dans, hors et après tournage (adultes, enfants ; équipe, visiteurs de passage).

5 – Mémoires et archives

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Mémoires et archives

L’assistant du chef opérateur n’avait pas de souvenir du tournage ; puis, une fois sur place, a reconstitué le décor en fonction des trouvailles des archéologues.
L’opération fait appel à différentes sources d’information : la documentation écrite et iconographique : scénario manuscrit et dactylographié, photos de tournage. Le matériel conservé après le tournage entre dans les réserves de la Cinémathèque française, comme la peau d’âne, la baguette de la fée (non complète, il lui manque des ‘diamants)’.
Une bande magnétique a également été retrouvée ; l’équipe cherche de moyens pour récupérer le son.
La recherche réunit ainsi des sources différentes, qu’il est parfois difficile de croiser.
Enfin, la recherche continue ; d’autres fouilles doivent avoir lieu en août prochain.
On voit comment un travail de recherche peut faire ré émerger des souvenirs, en retournant sur les lieux de l’action, et en étant mis en présence des trouvailles des archéologues.
Ces fouilles archéologiques donnent l’exemple d’une recherche nécessairement au long cours – on ne sait pas ce qu’on peut trouver, ce qu’il reste à trouver – qui associe matériel et imaginaire, partant du plus ordinaire pour retrouver le féérique.

La conférence d'Olivier Weller sur Peau d'âne est reprise en partie, ainsi que des propos du film, dans le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/peau-dame-un-archeologue-chez-jacques-demy

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.