« Food » au MUCEM. Des films pour nourrir le débat patrimonial.

Cas d’étude:

Food, MUCEM, Marseille, 29 octobre 2014-23 février 2015

« Food », l’intitulé anglais évoque la mondialisation des enjeux et pratiques liés au fait de se nourrir. « Produire, manger, consommer » explicite le sous-titre… Trois verbes qui synthétisent les six dimensions de « l’espace social alimentaire » tel que défini par le sociologue Jean-Pierre Poulain1

Photogramme de L'aile ou la cuisse Copyright Tamasa distribution

Photogramme de L’aile ou la cuisse Copyright Tamasa distribution

Avec l’exposition et les autres programmations  – notamment cinématographique – qui s’y agrègent, l’alimentation s’illustre au MUCEM comme un carrefour de patrimoines immatériels. Savoir-faire, pratiques sociales, rituels, etc. pointent et se dévoilent au fil des oeuvres, entre la galerie et l’écran.

De part et d’autre, des images animées

L’exposition montre les travaux de trente-sept artistes internationaux. Le programme précise que « parmi eux, cinq plasticiens ont réalisé des installations originales à partir des collections du MUCEM. L’ensemble crée un dialogue pluridisciplinaire intégrant des oeuvres historiques et contemporaines ainsi que des objets du quotidien. »2 Plusieurs oeuvres filmiques apparaissent dans le parcours, pièces à part entière ou parties d’installations.

Image tirée du blog Les Marseillaises

Image tirée du blog Les Marseillaises

Au seuil de l’exposition, par exemple, l’installation  Supermercado d’Eduardo Srur, fait passer le public entre deux gondoles achalandées de produits consommés quasi-mondialement, tels le ketchup, l’huile, le sucre ou le soda. Elles supportent également huit moniteurs vidéo – quatre de chaque côté, dont les films montrent un caddie de provisions circulant dans les rayons d’un supermarché ou l’artiste s’aspergeant de nourriture. L’oeuvre interroge une expérience quotidienne des visiteurs3, leur position de consommateur.

« Autour de l’exposition » ((MUCEM, Novembre-Décembre 2014 [Programme], p.29)), le cycle cinématographique « Dévorez des yeux! » s’articule selon quatre axes: « Terre nourricière? » (production alimentaire), « A table » (le repas comme espace social), « Nourriture des sens » (rendu de l’olfactif et du gustatif par l’image, érotisation, art culinaire), « De la démesure à la disparition » (dimension symbolique de l’alimentation). Deux temps se succèdent au cours de 35 séances, faisant place tant aux fictions qu’aux documentaires, aux longs qu’aux courts métrages.

Les deux temps du cycle cinéma

Premier volet entre novembre-décembre : un panorama transversal présente le thème de la nourriture. La profondeur historique de cette approche thématique est signalée par les programmateurs du musée : en effet, les films Lumière ne montrent-ils pas, dès 1895, un repas dans le célèbre Déjeuner de bébé? Ainsi sont proposés aux spectateurs des films anciens ou très récents, classiques grand public4 ou plus exigeants5 productions exigeantes moins largement diffusées6

Second volet de janvier à mars : un approfondissement à travers une série de cartes blanches à des professionnels ou amateurs de cinéma. D’une part : des programmes confiés à Patrick Leboutte, professeur d’histoire du cinéma à l’INSAS de Bruxelles et directeur de collection DVD aux Editions Montparnasse, au Festival international du documentaire de Marseille (FID), ou à Marc Rosmini dans le cadre d’un « Cinéphilo ». De l’autre : des programmes conçus en atelier par des spectateurs de tous âges. Dans le cadre d’un partenariat avec la salle Art et Essai L’Alhambra, élèves de 4e des quartiers nord, lycéens hospitalisés, adultes, ont endossé le rôle de programmateurs pour composer les trois sélections de la journée de clôture7.

Enonciation et médiateurs au musée

La construction du cycle cinéma pose la question du médiateur au musée. En effet, dans la première partie du cycle, le musée propose une relecture de l’histoire des films à travers une focale assez originale8. En cela, le musée se positionne par son discours expographique par rapport à l’histoire de l’art cinématographique. Au MUCEM, en accord avec le projet muséographique de l’établissement, le point de vue adopté est celui du cinéma comme reflet de société9.

Ce parti pris de programmation pourrait s’exprimer de manière exclusivement normative, avec un programme-qui-montre-ce-qu’il-faut-voir et répond en cela à la mission didactique du musée. Or, le système des cartes blanches, constituant la seconde partie du cycle, fait de l’énonciation au musée un acte collectif et pluriel. Le thème s’y prête particulièrement, car s’alimenter est une problématique universelle, une activité vitale de l’être humain par rapport à laquelle chacun a une position de fait, explicitée ou non. De là proviennent les divers arguments quant à ce qu’il convient ou non de sauvegarder des pratiques alimentaires, une part des discours de patrimonialisation.

Dans le cadre de Food, des amateurs de cinéma10 ont été constitués en médiateurs de contenus culturels propres à alimenter un débat de société dans le cadre muséal. Et ceci, au même titre que des spécialistes reconnus du cinéma. Pour ce faire, ils ont été accompagnés par des professionnels, qui les ont aidés à investir cette fonction énonciative11. Mais, au final, chacun des trois programmes présentés au MUCEM se posait comme un message cinématographique articulé sur l’alimentation à l’heure contemporaine.

A l’issue de la dernière séance, certains spectateurs ont noté le côté sombre de beaucoup des courts métrages sélectionnés par les programmateurs amateurs. Peut-on corréler cela avec le contexte de crise alimentaire aggravée dans lequel nous vivons actuellement ? Cette préoccupation sociétale s’exprimerait donc tant dans les films produits que dans la manière de les montrer et en l’accueillant en son sein le musée se fait la caisse de résonance de ceux qui pensent qu’il y a, « avec » l’alimentation, matière à conserver et à transmettre.

  1. Il distingue l' »espace du mangeable », le « système alimentaire », l' »espace culinaire », l' »espace des habitudes de consommation », la « temporalité alimentaire » et l’ « espace de différenciation sociale », qui sont autant de modalités d’inscription de l’alimentation dans le quotidien à l’échelle mondiale. Voir le chapitre correspondant dans Jean-Pierre Poulain, Sociologies de l’alimentation, Paris, PUF, 2002, p.221-244 []
  2. MUCEM, Novembre-Décembre 2014 [Programme], p.7 []
  3. « On va faire les courses ! », s’exclament d’ailleurs certains en entrant dans l’exposition []
  4. La Cuisine au beurre, Gilles Grangier, France, 1963, 1h22 ; L’Aile ou la cuisse, Claude Zidi, France, 1976, 1h44 []
  5. L’Ange exterminateur, Luis Bunuel, Espagne/ Mexique, 1962, 1h34 []
  6. La Saveur de la pastèque, Tsai Ming-Liang, France/ Taïwan, 2005, 1h55 ; The Lunchbox, Ritesh Batra, Inde, France, Allemagne, 2013, 1h42 []
  7. « Dévorez des courts! » le 15 février 2015 []
  8. Autour de la thématique alimentaire, un festival « Cinéma et gastronomie » a par exemple eu lieu à Dijon en 2004 et 2005 []
  9. Je souligne que cette posture historiographique n’empêche pas d’apprécier aussi les films aussi pour leurs qualités esthétiques. C’est par exemple celle qu’adopta Raymond Borde à La Cinémathèque de Toulouse []
  10. Je le suppose car la participation était volontaire aux ateliers de programmation, y compris pour les publics scolarisés []
  11. Je reviendrai sur ce point dans un prochain billet car j’ai pu observer les ateliers de programmation []

Ce contenu a été publié dans Billets par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l’EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d’Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d’Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *