Le statut des images d’archives dans une application multimédia mobile : l’exemple de Jaurès pas à pas

ill.1.1

En 2014, à l’occasion du centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès, la société de production Cinétévé, en coproduction avec France Télévision et la société Camineo, conceptrice de guides multimédias mobiles géolocalisés, ont mené un projet transmédia.

Un film de fiction documentaire sur la vie de Jaurès a été produit et diffusé sur France 3 [1] ; Cinétévé et Camineo ont par ailleurs réalisé une application mobile, intitulée Jaurès pas à pas [2].

Cette application, qui propose des contenus audiovisuels, dont neuf films de deux minutes, et deux parcours géolocalisés, est abondamment illustrée d’images d’archives : croquis d’époque, photographies, ou films contemporains de Jean Jaurès.

La reproduction de ces illustrations et leur mise en scène dans le cadre d’un projet de valorisation patrimoniale de la mémoire de ce personnage historique sont l’occasion d’analyser les différents usages faits de ces ressources iconographiques.

L’analyse présentée ci-dessous porte sur l’introduction, les contenus filmiques, et le parcours « Jaurès, citoyen adoptif », situé à Toulouse, de l’application [3].

L’application comprend une animation introductive en deux parties, un menu proposant une chronologie de la vie de l’homme politique, neuf courts films, et deux parcours géolocalisés (ill. 1).

La première partie de l’introduction de l’application mobile requiert de l’utilisateur qu’il « élargisse », par mouvement sur l’écran tactile, les contenus visuels présentés à l’écran, permettant ainsi la succession des contenus [4] (ill. 2). Ceux-ci alternent entre textes, écrits en blanc sur noir -tel des cartons d’intertitre cinématographiques- et des photographies anciennes (l’une prise devant le café du croissant après l’assassinat de Jean Jaurès le 31 juillet 1914, l’autre rue Soufflot, lors de l’entrée au panthéon de Jean Jaurès en 1924) (ill. 3 et 4). La nécessaire intervention de l’utilisateur pour le déroulement des contenus le rend acteur de l’histoire qui lui est contée. Les images présentées, bien que non commentées, font référence aux évènements commémorés l’année de la sortie de l’application. Elles servent donc implicitement le propos.

Puis, la deuxième partie de l’introduction, comme les films thématiques de deux minutes compris dans l’application, consiste en des montages d’images d’archives, fixes ou animées, accompagnées d’un commentaire et parfois de citations de Jean Jaurès (ill. 5 et 6). Cet usage des images d’archive correspond à celle des films documentaires, mettant la complémentarité de l’image et du son au service du discours.

Dans le parcours géolocalisé, les contenus se déploient à chaque étape sous forme de diaporamas interactifs. Des photographies en noir et blanc, dont certains éléments sont mis en valeur pour inviter le visiteur à consulter des contenus complémentaires, sont présentées dans un diaporama qu’il faut faire défiler d’un glissement de doigt sur l’écran (ill. 7). La forme de ces contenus se rapproche de celle du web documentaire, dans lequel le spectateur sélectionne les éléments qu’il souhaite consulter, se frayant son chemin au travers de l’histoire (ill. 8).

Aussi, le parcours géolocalisé propose de la réalité augmentée, par laquelle le visiteur peut visionner, en superposition au flux vidéo de la caméra de son appareil mobile, un fragment d’image d’archive. Il s’agit, place Salengro, de Jean Jaurès au travail dans son appartement, ou, place du Capitole, de Jean Jaurès assis à une terrasse de café (ill. 9 et 10). Ces images, ou fragments d’images, sont donc remises en contexte in situ, puisque les parcours sont géolocalisés et que les contenus se déclenchent lorsque le visiteur atteint le point défini (ill. 11).

Ainsi, l’application mobile Jaurès pas à pas, qualifiée de « documentaire mobile géolocalisée » par ses producteurs, use des ressources photographiques et filmiques comme de ressources documentaires, témoins du passé, illustrations recontextualisées et présentées selon une arborescence hiérarchisée, mais aussi comme résultant de l’interactivité du visiteur avec l’interface. Les nouvelles technologies permettent donc l’émergence de nouveaux usages des sources iconographiques.

 

Illustrations :

ill.1.2

Il. 1 : Page d’accueil de l’application

Ill.2

Ill. 2 : Interaction nécessaire de l’utilisateur

ill.3 ill.4

Ill. 3 et 4 : Images d’archives : Mort de Jaurès devant le Café du croissant ; panthéonisation

ill.5 ill.6

Ill. 5 et 6 : Images d’archive datant d’avant la mort de Jaurès

ill.7   ill.8

Ill. 7 et 8 : Contenus interactifs

ill.9 ill.10

Ill. 9 et 10 : Contenus en réalité augmentée

Plans

ill. 11 : Carte géolocalisée avec contenus matérialisés sur la carte

[1] Ils ont tué Jaurès, Film de Philippe TOURANCHEAU, 52’, 2014, lien : http://cineteve.com/documentaire/qui-a-tue-jaures/ (vu le 1er février 2015)

[2] http://jaures-pas-a-pas.fr/

[3] Il ne sera pas question ici, pour des raisons de proximité géographique et de commodité pour les tests de terrain, du parcours scénarisé à Paris, intitulé « Ils ont tué Jaurès ! ».

[4] Voir fonction « scale up », in VILLAMOR Craig, Dan WILLIS et Luke WROBLEWSKI, Touch Gesture Reference Guide, 15 avril 2010. Disponible sur : http://static.lukew.com/TouchGestureGuide.pdf


2 réflexions au sujet de « Le statut des images d’archives dans une application multimédia mobile : l’exemple de Jaurès pas à pas »

  1. Ping : Un exemple d’application mobile pour valiser un fonds d’archives | Renaissance & patrimoines

  2. Bonjour Valentine et merci pour ce signalement qui donne envie de tester l’application !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *