Mexique 1900-1950

 Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Mexique 1900-1950

L’exposition était organisée par la RMN-Grand Palais et le Secretaria de Cultura Instituto Nacional de Bellas Artes, Museo Nacional de Arte, Mexico. Elle proposait un panorama des arts du Mexique au XXe Siècle. Si la peinture était la plus représentée, comme le suggéraient les noms de Diego Rivera ou Frida Kahlo figurant sur l’affiche, l’art cinématographique y avait aussi sa place. D’eisenstein à Iñarritu. Outre trois espaces de projections cinématographiques, d’autres écrans étaient disséminés dans l’exposition, dédiés à la diffusion d’audiovisuels documentaires ou d’œuvres vidéo.

Affiche de l'exposition Mexique 1900-1950

Affiche de l’exposition Mexique 1900-1950

INFORMATIONS DE BASE

Titre : Mexique 1900-1950. Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco et les Avant-gardes

Sujet: Panorama d’artistes célèbres mexicains témoignant de la vitalité créative du pays après la conquête de son indépendance.

Dates : 5/10/2016-23/01/2017

Lieu :       Grand Palais, Paris

Commissariat : Augustin Arteaga, directeur du Museo Nacional de Arte, Mexico

Types de publics visés : tous

Documents d’accompagnement : dépliant, album, catalogue

Environnement numérique : application de l’expo ; Magazine en ligne de la RMN ; Dossier pédagogique ; Films sur la Chaîne You Tube de la RMN

Manifestation corrélée: Conférences, Débats, Projections, Concerts (programme auditorium)

Annonce des manifestations corrélées sur une cimaises.

Annonce des manifestations corrélées sur une cimaise

NOTES DE VISITE

Date de visite : 23 novembre 2016

  • Composants de l’exposition

Vraies choses : tableaux, sculptures, dessins

Substituts : films (cinéma, télévision, art vidéo)

Outils de présentation : cimaises ; socles ; vitrines tabulaires

Outils de signalisation: affichages extérieurs ; textes de présentation à l’entrée de chaque salle ; fléchage entre les deux étages

Environnement plastique : dominantes de rouge et blanc sur les cimaises

  • Présences des images animées

Projection monumentale de films cinématographiques : sur un écran et dans des installations multi-écrans

Petits écrans illustrant la frise chronologique ou incrustés dans les cimaises

  • Notes photographiques sur la scénographie

 Projection monumentale d’extraits de Que Viva Mexico!dsc_0067

Le film est signalé grâce à un cartel sur la cimaise:

dsc_0068

A la fin du premier niveau d’exposition, une frise chronologique est illustrée d’archives documentaires audiovisuelles. Certains films sont longs, et la durée de visionnage totale augmentée par la diversité des documents présentés. On regrette le mauvais positionnement des banquettes pour les regarder.

Vue d’ensemble de la frise chronologique:

dsc_0069

Gros plan sur le premier écran documentaire:

dsc_0072

Et son cartel, en bas à gauche du bloc rouge auquel sont intégrés le moniteur vidéo et le haut-parleur pour le son:

dsc_0071

Ce document de plus de trente minutes, est suivi d’un autre de douze à l’autre extrémité de la frise. Puis, à l’étage supérieur, par une série d’extraits de films projetés sur de grands écrans accrochés en hauteur. Le jour de notre visite, l’un d’eux ne fonctionne pas. Un petit banc permet de regarder les extraits assis. Cette première série d’extraits est intitulée « Les actrices » (d’après le plan de l’exposition).

dsc_0077

A l’arrière sur la cimaise, la liste des nombreux extraits projetés. On ne sait donc pas ce que l’on regarde si l’on est assis au centre de la pièce.

dsc_0078

Dans la section sur les artistes féminines, l’œuvre vidéo Buveur de Minerva Cuevas. On voit le cartel avec un texte explicatif en-bas à gauche.

dsc_0081

Dans la salle « Le Mexique et les Etats-Unis », le dessin réalisé par Diego Rivera pour l’Homme à la croisée des chemins avec deux écrans diffusant feuilletage d’images documentaires sur cette fresque commandée pour le Rockfeller Center en 1932 et détruite en 1934, pour son contenu considéré comme subversif par ses commanditaires.

dsc_0086

En conclusion du parcours, la seconde série d’extraits cinématographiques s’intitule « Les réalisateurs ». La diffusion s’effectue dans le cadre d’une installation monumentale de trois écrans tendus du sol au plafond en panoramique. Le long du mur en face, un banc assez grand par rapport aux autres de l’exposition, permet de se plonger dans la contemplation des trois boucles qui défilent, mais on peut aussi se poster debout plus au centre de la salle, bien qu’une sculpture y soit exposée. Parfois, toutes les images coïncident, parfois elles se confrontent d’un écran à l’autre.

La liste des extraits projetée est placée dans le couloir à la sortie de la salle.

dsc_0093

 

 

 

 

 


Ce contenu a été publié dans Billets par Stéphanie-Emmanuelle Louis. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l’EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d’Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d’Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *