Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ?

Après la première séance de notre séminaire, dont Stéphanie a également rédigé un bilan, beaucoup de pistes de réflexion ont été dégagées. L’environnement web et numérique, qui a conditionné l’émergence du Mashup, a en effet permis une redistribution verticale de la parole culturelle et médiatique, faisant de la figure de « l’amateur » un acteur incontournable de la transmission culturelle, et par extension, garant d’une forme de patrimonialisation éloignée des institutions classiques. Ce phénomène, décrit comme l’illustration de la notion de « réversibilité » de Walter Benjamin par Laurence Allard, invitée lors de cette séance, permet de dépasser l’aspect ludique du recyclage culturel pour interroger ses enjeux mémoriels. L’utilisateur web en effet est pris entre une volonté de construction identitaire – Laurence Allard évoquant le concept d’individu bricoleur tiré de l’étude des usages et d’une sociologie de l’identité – et de partage communautaire (Stéphanie rappelle cette construction mosaïque via l’utilisation de Facebook). Cette pluralité de l’usage et cette défragmentation de la construction de l’individu instaure inévitablement une tension réflexive entre, d’une part, la croyance structuraliste d’un processus de fabrication ayant « du sens », ou au contraire, d’autre part, la foi quelque peu post-moderne en une approche iconique s’attachant à observer les éléments bruts, et non ce qu’ils représentent (et donc débarrassés des lectures sémiotiques)

Ces problématiques complexes ont toutefois été mises de côté pour favoriser une réflexion autour de la mémoire – mémoire du web, mémoire individuelle, et mémoire des cinéastes-mashupers. La simplification de l’accès à des informations non triées par des médias et la haute circulation du contenu en ligne ont entrainé la hausse de phénomènes d’engouement et de concentration dans le partage – ce que les médias populaires nomment « le buzz » et que Laurence Allard appelle « ritournelle » du web, autrement dit une sorte de « running gag » se jouant de l’accumulation et la surenchère, via le détournement d’un objet dont le potentiel absurde et comique avait été perçu par les utilisateurs – le « meme » étant l’exemple le plus marquant, notamment quand il emploie des images cinématographiques d’acteurs pris en flagrant délit de sur-jeu (Par exemple, la fameuse « mort » ratée de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan). Une crainte qu’avait pourtant prophétisée Robert Bresson si le cinéma persistait à imiter le jeu stéréotypé, selon lui, des acteurs de théâtre : « Les films de cinéma sont des documents d’historiens […] : comment jouait la comédie, à telle époque, tel ou tel acteur »[1]. « Visage expressif de l’acteur [de cinéma] où le plus petit pli, grossi à la loupe, évoque les excès du Kabuki »[2].

Patrick Stewart dans Star Trek : la nouvelle génération, exemple-type de ces « memes » cinématographiques

Cette accessibilité du web et des outils numériques a également permis de donner à n’importe quel utilisateur la possibilité de créer, selon Julien Lahmi, autre invité de cette séance, cinéaste et fondateur du site encyclopédique du Mashup Cinéma – « la souris à la place de la caméra » d’une part, nous dit-il, et la désacralisation d’images devenues icônes grâce à cette accessibilité d’autre part. Le processus d’iconisation se fait en effet à deux échelles : l’icône d’origine tout d’abord, puisque le Mashup détourne souvent les objets de la culture geek ultra populaire. L’image devenue icône grâce au Mashup enfin, quand ce dernier dépasse son catalogue muséal pour devenir objet patrimonial – ce dont Stéphanie parle plus longuement.

Cette disponibilité de l’image et sa haute circulation pose évidemment la question du droit, très discutée durant la séance: peut-on, juridiquement et moralement reprendre des images et des contenus artistiques ? L’interrogation juridique est actuellement compliquée, puisque certaines plateformes, comme Youtube, n’hésitent pas à censurer les contenus en cas de litige, mais l’approche éthique est bien plus souple selon Julien. Le tournage étant une entreprise longue et coûteuse, la reprise de contenu vue par les mashupers ne s’envisagent alors plus comme plagiat technique ou technologique, mais plutôt comme détournement formel et diégétique, au gré, parfois, des images. La reprise d’un geste, d’une figure ou d’un mouvement de manière assumée et affirmée semble plus honnête que l’imitation cachée d’une scène d’un film à l’autre – et confirme encore cette dimension muséale que nous cherchons à identifier.

L’idée de ritournelles, de reprises et de « perfectionnabilité » de l’œuvre (qui devient interchangeable, modifiable, détournable à l’infini), entraîne un phénomène de construction permanente parfois difficile à interrompre – « faire un retake », nous dit Julien, pratique dont il ne parvient pas lui-même à se défaire totalement, c’est-à-dire opérer des ajouts sur un film Mashup, néologisme amusant du remake de recyclage. L’oeuvre (Mashup) jamais terminée renvoie à cette hypothèse de construction identitaire permanente entrainée par le web, et permet de déplacer la réflexion autour des thèmes de mémoire culturelle collective et de communautés, selon les définitions de Pierre Nora et Maurice Halbwachs – la faculté d’individus regroupés de constituer une mémoire individuelle s’intégrant au flux collectif. Dans un article introduisant un numéro sur le patrimoine numérique, Francesca Musiani et Valérie Schafer rappellent que la démarche patrimoniale résulte d’un choix institutionnel et que l’observation de ce « nouveau lieu de mémoire » que constitue le web nécessite autant que l’on s’attarde sur les objets que sur les acteurs [3] ; analyser en effet les raisons, les facteurs et les protagonistes qui contribuent à la sauvegarde mémorielle du contenu web. Pourtant, le « présentisme »[4] que le web décuple rend cette analyse, d’une part, extrêmement complexe, et entrave peut être, d’autre part, la possibilité de maîtriser la construction mémorielle et identitaire collective. L’hypothèse individualiste est pourtant erronée, et le cas du Mashup illustre la présence forte d’une communauté de cinéphiles-utilisateurs-créateurs capables de se réapproprier les images pour leur insuffler une nouvelle forme. C’est donc le coeur de cette question – l’étude de la pratique du Mashup, en présence de cinéastes invités à commenter leurs intentions esthétiques, qui sera explorée lors de la seconde séance du séminaire.

[1] Robert Bresson, Note sur le cinématographe, Gallimard, 1975, Paris, p.19

[2] Ibid. p.29

[3] Francesca Musiani, Valérie Schafer. “Patrimoine et patrimonialisation numériques.” RESET. Recherches en sciences sociales sur Internet, no. 6 (November 18, 2016). doi:10.4000/reset.803.

[4] Cette analogie au concept de François Hartog est établie par Fannie Valois-Nadeau in “Rethinking Heritagization through the Digitization of Familial Archives.” RESET. Recherches En Sciences Sociales Sur Internet, no. 6 (November 18, 2016). doi:10.4000/reset.773.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *