Séance #1: Notre visite à la Fondation Jérôme-Seydoux Pathé

Au programme de cette première séance: la découverte d’une exposition permanente d’appareils…et aussi d’un nouveau lieu parisien dédié à la valorisation du patrimoine cinématographique.

Le rendez-vous était fixé mardi 4 novembre vers 14h, 73 avenue des Gobelins. C’est ici qu’ont été inaugurés en septembre 2014 les nouveaux locaux de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Bien que l’organisme privilégie, actuellement, une action culturelle en direction des jeunes publics, il a cordialement ouvert ses portes à notre groupe. Pour des raisons pratiques le groupe était restreint à une dizaine de personnes de profils divers : doctorants en cinéma, post-doctorants en histoire, personnels enseignants et du CNRS, professionnels des musées. Nous avons été accueillis par Anne Gourdet-Marès, co-commissaire de l’exposition permanente d’appareils et responsable de la collection liée.

En guise d’introduction, deux documents avait été transmis aux participants lors de leur inscription : le dossier de presse publié pour l’inauguration des espaces de la Fondation et un texte de l’historien, conservateur et commissaires d’expositions français Laurent Mannoni1. La communication du dossier de presse avait pour objectif d’illustrer une source potentielle pour l’analyse muséologique. Quant à la référence bibliographique, elle permettait de situer ce dispositif dans une tradition d’exposition des appareils et des techniques cinématographiques en Europe. La collection Pathé se voyait également replacée dans le contexte français. Le tout ouvrant sur la question des collections dites « non-film » et de leur valorisation.

Il eut été intéressant de pouvoir discuter de ces documents, mais le temps manqua. Après une présentation par mes soins des enjeux, activités et projets de l’APPIA, toute l’attention se porta sur le témoignage d’Anne Gourdet-Marès. Autour de la table qui accueille habituellement les ateliers Jeune public, elle retraça d’abord son parcours universitaire et professionnel, puis présenta l’action de la fondation et notamment son travail conjoint avec la Présidente, Sophie Seydoux, autour de l’exposition permanente des appareils. L’échange se poursuivit, à quelques pas, dans l’exposition elle-même dont la co-commissaire nous expliqua la conception intellectuelle et la scénographie : les appareils sont présentés sur une longue table, sans vitrine; sur des bancs alentours des tablettes tactiles donnent accès à des films de présentation de certains appareils; des films produits avec les appareils Pathé apparaissent dans deux projections murales. De nombreuses questions furent posées à notre hôtesse, ce qui lui permit, entre autres, d’aborder les limites désormais éprouvées de ce dispositif d’exposition.

Stéphanie-Emmanuelle LOUIS

 

  1. Laurent Mannoni, « Musées du cinéma et expositions temporaires, valorisation des collections d’appareils: une histoire déjà ancienne. », 1895, n°41: Archives, 2003 []

Ce contenu a été publié dans Séances APPIA par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l’EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d’Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d’Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *