Saison 2016-2017: « Muséalité du Mashup »

La saison 2016-2017 de l’APPIA, orchestrée par Alain Zind et Stéphanie-Emmanuelle Louis avec la collaboration de Vincent Auzas, défrichera quelques pans d’une vaste thématique : les rapports entre Mashup et patrimonialisation du cinéma, sous le titre « Muséalité du Mashup ».

Extracorpus, film d'Augustin Gimel

Extracorpus, film d’Augustin Gimel

Le Mashup a dépassé depuis longtemps son statut de phénomène croissant, et commence à être considéré comme un héritier du FoundFootage dans la famille du cinéma d’emprunt, ou de remploi, pour reprendre le terme de Nicole Brenez. Au départ réduit à sa pure dimension pratique – la reprise et le montage de séquences audiovisuelles dans une quête d’hommage “geek” – il a pu prouver ses capacités esthétiques grâce aux travaux d’Antonio Maria Da Silva, Julien Lahmi, BouliLanners ou Jean Gabriel Périot, qui ont permis d’amorcer une réflexion autour de la question de l’écriture du passé, cinématographique ou non, et de continuer les réflexions des avant-gardes sur la narration et la consommation cinématographique. Autrement dit, à partir du moment où ces reprises n’étaient plus le fait de cinéphiles amateurs mais de cinéastes expérimentés.

 MoonlightSerenade, Julien Lahmi

 La notion générale de « mashup » renvoie à un phénomène culturel de rupture des barrières traditionnelles entre autorités compétentes et amateurs éclairés que permet un environnement tel qu’internet. Ce phénomène est assimilé par Laurence Allard aux théories et attentes de réversibilité de Walter Benjamin. Cette dimension participative de la culture est favorisée par la circulation massive de l’information, se perpétuant dans la pratique du Mashup cinématographique. De par cette mobilité et une maniabilité accrue des contenus cinématographiques, puis de la dissémination des pratiques domestiques de l’image animée qui s’étendent désormais tout autant au visionnage qu’au montage, le Mashup se pose comme une pratique créative de masse. Son essence résidant dans le réemploi de matériaux cinématographiques préexistants, il peut être légitiment considérée à l’aune de la question patrimoniale. Autrement dit : en quoi cette pratique participe-t-elle de la mise en œuvre d’un processus de conservation, d’intellection et transmission du passé cinéma ? Ces missions étant celles dévolues à l’institution muséale, nous pourrions envisager comme ligne de fuite à notre réflexion la question de la « Muséalité du Mashup ».

Cette saison d’atelier s’attachera à l’étude d’un cas concret d’évolution dans la pratique de l’art sous l’ère numérique, celui du cinéma Mashup. A partir de ce fil conducteur, plusieurs piste de réflexions seront dégagées au cours des séances, embrassant les questions de circulation, d’accès aux images, de détournement, de mécaniques esthétiques cinématographiques, de mémoire et d’écriture du passé.

 4 axes au programme, confiés à des invités qui interviendront par deux :

– La légitimation d’un objet cinématographique ;

– Les pratique(s) du Mashup;

– Un essai de généalogie esthétique sur l’analyse du remploi d’image dans un environnement numérique;

– Le Mashup traversé par les problématiques muséales.

 

Séance de rentrée le 23 novembre, à 14h, à l’IHTP.

Détail des séances à lire sur le carnet.

 

 


Ce contenu a été publié dans Séances APPIA par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d'Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d'Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *