Carte Blanche au Mashup #1 à l’Université Paris VIII

Les 3, 4 et 5 juin s’est tenue une première carte blanche accordée au cinéma Mashup dans les locaux de Paris 8, en collaboration avec le web magazine encyclopédique du Mashup cinéma. Le format, expérimental, était l’occasion de penser une organisation correspondant à l’esprit du Mashup. Il était en effet convenu qu’un dispositif classique de table ronde, qui structure l’écoute sous une forme hiérarchique, distinguant d’un côté les autorités compétentes et le public d’un autre, n’était pas adapté.

L’essence même du Mashup étant sa dimension participative, jeu de reprises et de détournement d’images (cinématographiques ou non), il fallait que chaque participant se sente à l’aise à l’idée de partager ses idées. Afin de libérer la parole et la réflexion autour du Mashup, la carte blanche a été pensée comme une suite d’ateliers-débats en petits groupes autour des différentes sessions de projection.

La première programmation, intitulée trivialement « Big Mémorial Mashup, sauce ketchpop » pour appuyer la dimension dé-sacralisante de l’événement, a permis d’établir un pont intéressant entre pratiques avant-gardistes des cinéastes de Found Footage et actions post-modernes des cinéastes-mashupers. Dans les deux cas, les cinéastes, en reprenant des images filmiques, interrogent les mécaniques narratives du cinéma et leurs dimension consumériste – au sens de consommation d’images, de flux hypnotique et hypnotisant. Ce qui différencie cependant le Found Footage du Mashup, c’est le rapport aux images dû à leur accès – d’un côté, la rareté du métrage retrouvé, rendu public, soit un mouvement ascendant, et de l’autre, l’effervescence des images, détachées de leur piédestal, soit un mouvement descendant – ce qui permet de diriger la réflexion sur les questions de mémoire. Le Mashup, en exploitant des images et des objets devenus icônes pose ainsi la question de mémoire collective ou de mémoire culturelle : quelle histoire (de l’art, du cinéma, etc…) est exploitée, quels œuvres sont reprises, quels artistes sont disséqués ? L’ambition du Mashup, dans sa dimension geek des images, c’est-à-dire une passion réelle pour les icônes, est aussi d’explorer ce qui a fait la popularité des différents médias qu’il détourne.

Deux autres programmations ont permis ensuite d’explorer des pistes différentes et d’approfondir la réflexion, permettant par la même occasion de démontrer que le Mashup pouvait prendre des formes très diversifiées, « Pop Mashup Dancefloor » et « Les (dé)plaisirs de la chair ». La première programmation explore l’abandon du montage narratif au profit d’une musicalité du montage, et la seconde programmation renvoie à une dimension discursive voir politique/polémique que le Mashup peut atteindre, en mélangeant images pornographiques et moralité sociale.

C’est pour cela que le terme média est utilisé, le Mashup ne se limitant pas à l’exploration du cinéma. Issu d’une pratique scientifique, il hérite également des expérimentations musicales, et notamment de disques-jockey, affirmant son affiliation rythmique plutôt que narrative. Les films Mashup ne racontent alors plus une histoire au sens de dramatisation, mais racontent l’écriture artistique de leurs cinéastes, au travers de leurs choix et de leurs assemblages. On constate alors que l’étude du Mashup serait également une piste intéressante d’exploration des formes d’écritures numérique du passé, par le détournement et la reprise.

En bonus et pour juger sur pièces, quelques exemples de la programmation proposée:

  • Extrait du programme « Big Mémorial Mashup, sauce ketchpop » :

200 000 fantômes, de Jean Gabriel Périot

  • Extrait du programme « Pop Mashup Dancefloor »:

Les dessous du Pop, Julien Lahmi

  • Extrait du programme «  Les (dé)plaisirs de la chair »:

Flesh, de Edouard Salier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *