HENRI: une plateforme en ligne de la Cinémathèque française

Alors que la crise sanitaire liée au Covid 19 sévit dans le monde et que le confinement a été imposé en France mi-mars 2020, entraînant la fermeture des salles de cinéma entre autres lieux publics, la plateforme HENRI a été lancée le 9 avril 2020 par la Cinémathèque française.

Annonce de l’ouverture d’HENRI sur la page Facebook de la CF

Il s’agit de mettre « gratuitement à disposition des internautes ses propres ‘trésors cachés’. Des films de tous formats, de toutes époques et de toutes nationalités, ayant été restaurés sous [la] supervision [de la Cinémathèque française] lors de ces vingt dernières années. » La plateforme permet donc de valoriser à la fois le travail de collecte et celui de restauration menés par la Cinémathèque française.

Continuer la lecture

« Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.)

Documentaire sur la création du festival international du film de Cannes en 1939. Texte dit par Charlotte Rampling[1] .
A partir d’actualités d’époque, dont certaines en couleurs, et avec des extraits de films de fiction, Cannes, le festival libre propose une histoire double : la création du premier festival de Cannes, avorté, en 1939, qui devait répondre à la Mostra de Venise, toute dévouée au fascisme et au nazisme ; les destinées de ses deux principaux initiateurs, Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-arts du Front populaire, et Philippe Erlanger, chef des services artistiques des échanges internationaux en 1938, tous deux victimes des lois antisémites durant l’occupation, le premier s’engageant dans les combats, emprisonné par le régime de Vichy et plus tard assassiné par la milice le 19 juin 1944, le second recréant le festival en 1946.

« Cannes, le festival libre » de Frédéric Chaudier, Arte tv
Continuer la lecture

Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film

Le congrès vient rythmer, en général chaque année[1], la vie de la communauté FIAF. Des activités scientifiques, professionnelles et culturelles sont proposées aux congressistes : un Symposium[2], des projections, des visites d’organismes archivistiques et cinématographiques locaux, ainsi que des excursions plus touristiques. C’est aussi le moment où se tient l’assemblée générale de la fédération. Les membres construisent leur position dans la communauté internationale alors réunie.  Soulignons, qu’à une époque où l’entremise d’internet n’existe pas, le congrès favorise les interactions directes grâce aux moments de travail et de sociabilité qu’il offre. Si des rapports personnels, qui favoriseront ensuite les échanges et les invitations entre certains membres, se tissent, des projets collectifs plus larges sont lancés. Ils donnent lieu à la constitution de groupes de travail inter-archives. C’est au sein de ces commissions, nous semble-t-il, que les pratiques et normes professionnelles se discutent et se définissent au niveau international, articulant les expertises des différents contributeurs[3].

Comme pour les membres participant, le congrès constitue un lieu de représentation pour l’archive accueillant ce rassemblement rituel. Cela peut être l’occasion de montrer concrètement ses collections et ses installations. C’est globalement un moment où la communauté se donne à voir. Nous évoquerons ces aspects à travers deux documents d’actualités filmées, relatifs aux congrès de 1954 et 1962.

Continuer la lecture

Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation

Au cours de la période 1944-1970, le paysage des acteurs de la valorisation du patrimoine cinématographique en France se structure. Plusieurs configurations se succèdent, au sein desquelles la Cinémathèque française occupe une position déterminante. Lors d’une première phase, de la Libération à 1960[1], les activités sont concentrées autour de la CF, ce qui est favorisé par le subventionnement de l’association par l’Etat. Dans une deuxième phase, d’autres projets de cinémathèques-musées apparaissent, avec un volume d’activité plus modeste mais marquant néanmoins un désir de changement. Lors de la troisième phase, activée en 1968, la répartition des compétences patrimoniales entre les acteurs de droit privé[2] et l’Etat se voit parachevée par la création d’un service des archives du film au CNC. Ces transformations ont un impact sur la représentation française à la FIAF et des images en témoignent.

Continuer la lecture

Au-delà des échanges bilatéraux, une communauté internationale

A l’instar d’autres organismes patrimoniaux, les cinémathèques et archives du film interagissent au sein d’organisations internationales qui permettent de dépasser le cadre des relations institutionnelles bilatérales[1]. La Fédération internationale des archives du film est créée en juin 1938[2] par quatre organismes : la Film Library du MoMA, le Reichsfilmarchiv, la National Film Library[3] et la Cinémathèque française. Le réseau prospère après la Seconde Guerre mondiale, comme nous permet de l’observer la chrono-cartographie développée par la FIAF[4].

 

Continuer la lecture

Séquence 4 : Langlois et les autres… Quelques vues comparées d’expositions non-film dans les années 1940 en Europe

Lorsque François Albera  évoque l’exposition Images du cinéma français, proposée par la Cinémathèque française à Lausanne, après Paris, en 1945, il parle de « l’effarement »[1] qu’elle produisit sur les visiteurs non préparés à cette expérience visuelle[2]. Il évoque ce que ces visiteurs ont potentiellement pu voir auparavant, et notamment l’exposition itinérante Le Film hier et aujourd’hui, conçue par Georg Schmidt, Werner Schmalenach et Peter Bächlin, inaugurée au Musée des arts et métiers de Bâle en 1943, puis reprise à Berne (1944), Zurich (1945) et Bruxelles (1947).

Le Ciné-Journal suisse a consacré des sujets à ces deux manifestations des années 1940. Ils ne sont pas consultables en ligne, mais figurent toutefois sur le DVD édité en 2018 par la Cinémathèque suisse sur Lausanne , des Lumière à Godard 1896-1982[3]. Des photogrammes nous permettent de comparer des typologies expographiques assez éloignées l’une de l’autre.

Continuer la lecture

Séquence 3 : De la promotion de la cinémathèque-musée à l’étranger

Dans l’immédiat après-guerre et les années 1950, la diffusion du modèle de cinémathèque-musée du cinéma est essentiellement liée aux activités de la Cinémathèque française. Il s’appuie sur le rayonnement de l’institution en France et à l’étranger grâce aux expositions et aux programmations qu’elle organise. Ce rayonnement bénéficie d’un réseau international. J’évoquerai ici un exemple en Italie.

Nous voici à Milan grâce à une actualité cinématographique de la Settimana Incom, en date du 6 mai 1954[1]. Ce sujet nous offre un éclairage synthétique et efficace sur la manière dont la cause patrimoniale et l’action des cinémathèques-musées peuvent être publicisées.

Continuer la lecture

Séquence 2: un bouleversement muséographique

Le projet de la Cinémathèque française, apparu au milieu des années 1930, prend véritablement corps à la Libération avec l’ouverture au public d’un lieu permettant l’organisation d’expositions non-film (avenue de Messine).  Des expositions de collections cinématographiques se sont déjà tenues à Paris auparavant[1], mais c’est un véritable bouleversement muséographique qui se joue alors. Trois éléments-clés peuvent le définir : la mutation de ce que l’on entendait auparavant par « musée du cinéma », une scénographie singulière et la place du film dans le circuit de visite.

Pour mieux saisir ce bouleversement, deux films peuvent nous aider : L’histoire du cinéma par le cinéma, de Raoul Grimoin-Sanson (1927, 44 min), et Naissance du cinéma, de Roger Leenhardt (1946, 39 min).

Continuer la lecture