La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay

Ce texte est basé sur la présentation « La programmation de films classiques en Amérique du sud à travers les échanges avec la Cinémathèque française ». Il vise à analyser la façon dont des films européens arrivés en Uruguay, à travers le réseau FIAF, ont été programmés par Cine Universitario, un des ciné-clubs les plus importants de Montevideo et un membre fondateur de la Cinémathèque uruguayenne. Cine Universitario a, en effet, créé cette cinémathèque en 1952 et elle a été acceptée comme membre correspondant de la FIAF cette même année au Congrès d’Amsterdam. En 1953, Cine Club del Uruguay, un autre ciné-club de même importance, a décidé de rejoindre le projet et, cette même année, la Cinémathèque uruguayenne a été acceptée comme membre à part entière de la FIAF au Congrès du Vence.  La Cinémathèque uruguayenne fournissait des films principalement pour les projections de ces deux ciné-clubs étant à l’origine de sa fondation. Cependant, elle organisait parfois aussi des projections indépendantes.[1] 

Continuer la lecture de « La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay »

A propos de «Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu», film de Julien Ouguergouz

Ce documentaire sur le projet de création du festival international du film de Cannes en 1939 écrit par Julien Ouguergouz et Olivier Loubès, a été diffusé dans le cadre de l’émission « La case du siècle » sur France 5, le 12 mai 2019 (52 mn). 1

Continuer la lecture de « A propos de «Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu», film de Julien Ouguergouz »

  1. Fiche Inathèque : http://inatheque.ina.fr/doc/TV-RADIO/TV_6443815.001/cannes-1939-le-festival-n-aura-pas-lieu?rang=1 []

HENRI: une plateforme en ligne de la Cinémathèque française

Alors que la crise sanitaire liée au Covid 19 sévit dans le monde et que le confinement a été imposé en France mi-mars 2020, entraînant la fermeture des salles de cinéma entre autres lieux publics, la plateforme HENRI a été lancée le 9 avril 2020 par la Cinémathèque française.

Annonce de l’ouverture d’HENRI sur la page Facebook de la CF

Il s’agit de mettre « gratuitement à disposition des internautes ses propres ‘trésors cachés’. Des films de tous formats, de toutes époques et de toutes nationalités, ayant été restaurés sous [la] supervision [de la Cinémathèque française] lors de ces vingt dernières années. » La plateforme permet donc de valoriser à la fois le travail de collecte et celui de restauration menés par la Cinémathèque française.

Continuer la lecture de « HENRI: une plateforme en ligne de la Cinémathèque française »

« Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.)

Documentaire sur la création du festival international du film de Cannes en 1939. Texte dit par Charlotte Rampling[1] .
A partir d’actualités d’époque, dont certaines en couleurs, et avec des extraits de films de fiction, Cannes, le festival libre propose une histoire double : la création du premier festival de Cannes, avorté, en 1939, qui devait répondre à la Mostra de Venise, toute dévouée au fascisme et au nazisme ; les destinées de ses deux principaux initiateurs, Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-arts du Front populaire, et Philippe Erlanger, chef des services artistiques des échanges internationaux en 1938, tous deux victimes des lois antisémites durant l’occupation, le premier s’engageant dans les combats, emprisonné par le régime de Vichy et plus tard assassiné par la milice le 19 juin 1944, le second recréant le festival en 1946.

« Cannes, le festival libre » de Frédéric Chaudier, Arte tv
Continuer la lecture de « « Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.) »

La Cinémathèque-Musée: sortie en cours…

Issu de la thèse de doctorat en histoire et civilisations que j’ai soutenue en décembre 2013 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Christian Delage, l’ouvrage La Cinémathèque-Musée, une innovation cinéphile au cœur de la patrimonialisation du cinéma en France (1944-1968) est paru mi-mars 2020 aux éditions de l’AFRHC. En attendant que le confinement s’assouplisse et que le livre soit disponible à la vente, j’ai souhaité revenir sur le contenu et les enjeux de cette publication, dont le sujet est en lien étroit avec le thème de ce carnet.

Continuer la lecture de « La Cinémathèque-Musée: sortie en cours… »

Autour des « Comiques Transatlantiques »…

Titre : Comiques Transatlantiques, de Linder à Chaplin (1910-1925)

La Fondation présente l’exposition d’affiches, photos et documents, au rez-de-chaussée et en sous-sol avant la salle de projection.
Affiches, photos et dessins, en grand nombre, documents originaux, en vitrine et sur les murs, montrent des figures très expressives, suggèrent le mouvement que les spectateurs vont découvrir en film (exemple de Little Moritz), ou bien imposent un personnage, les films s’inspirant les uns des autres, réalisés par échanges, imitations, copies etc. L’ensemble donne une impression de vitalité, d’inventivité, pour un moyen d’expression encore neuf et un genre en grande évolution, sous l’influence en particulier des cinéastes américains, Charlie Chaplin en premier lieu.

Continuer la lecture de « Autour des « Comiques Transatlantiques »… »

De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage

 

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

Depuis 2012, une équipe d’archéologie, dirigée par Olivier Weller, chercheur au CNRS à l’UMR Trajectoires, a mené des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970), réalisé d’après le conte de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig, Jacques Perrin.
Les fouilles ont porté en particulier dans le parc du château de Neuville, à Gambay, dans les Yvelines (78), où avaient été construits  les décors de la cabane de « Peau d’âne » et du repaire de la fée, sa marraine.
Ces opérations de fouilles archéologiques ont donné lieu à un film, Peau d’Ame, de Pierre Oscar Levy et Olivier Weller (2017), cf. Shellac, distributeur de Peau d’Ame (cf. livret sur le film, shellac-peau-dame-document-2353).

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, l’École nationale des chartes (75002) –  ENC_ProgrammeJournéesArcheol16juin2018 –  a proposé, le 16 juin 2018, des conférences, dont l’une d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (Peau d’âne, Demy 1970) ». Continuer la lecture de « De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage »

Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire
Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste

Chris Marker (1921-2012), cinéaste, a créé une œuvre multiforme en images fixes et animées, et en écrits, sur toutes sortes de support (pellicule, vidéo, bande sonore, numérique, papier, photographie). Tout au long de sa vie, il s’est approprié les évolutions et les découvertes techniques, lui-même étant un inventeur (la mise au point de logiciels par exemple), tout en s’associant avec d’autres créateurs, cinéastes, artistes, inventeurs, intellectuels, etc., en intégrant des larges influences, d’Alfred Hitchcock à Alexandre Medvedkine, en passant par Armand Gatti, Simone Signoret, André Bazin, Pierre Schaeffer…

Continuer la lecture de « Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste »

Montmartre décor de cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Montmartre décor de cinéma

Le quartier de Montmartre à Paris (18ème arrondissement, et limites du 9ème) fait l’objet de tournages de films depuis plus d’un siècle, soit comme « décor naturel », soit en tant que reconstitution.

Ses bâtiments, places et monuments emblématiques (comme le Moulin rouge, la basilique du Sacré-Cœur, la butte Montmartre, la place du tertre) et les noms associés au quartier (Pigalle, Barbès) se retrouvent dans bien des films, de toutes époques et de tous genres (dramatique, comique, policier, historique, etc.). Des films français en grande majorité, et quelques films américains. Depuis Onésime débute au théâtre, de Jean Durand (1913), avec une poursuite sur les toits du Gaumont Palace (immense salle située place Clichy à l’époque), au Fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (2001), en passant par des réalisations aussi diverses que Juliette ou la clé des songes, de Marcel Carné (1950), Baisers volés de François Truffaut (1968), Moulin Rouge (de John Huston, 1952 ; de Baz Luhrmann, 2001), ou Pigalle, de Karim Dridi (1994).

Affiches, photos, documents écrits, extraits de films composent l’exposition présentée, sur deux étages, au Musée de Montmartre – Jardins Renoir.

Continuer la lecture de « Montmartre décor de cinéma »

Jean Rouch, l’Homme-Cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Jean Rouch, l’homme caméra

Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Rouch (1917-2004),  la BnF présente une synthèse de l’œuvre cinématographique, scientifique et technique du cinéaste et anthropologue. Photographies,  films,  documents écrits,  objets techniques retracent la démarche de Jean Rouch :  idée de réalisation collective; importance de l’enregistrement sonore; travail dans la durée…
Pour Jean Rouch, le cinéma était conçu comme lien et moyen d’échange entre cultures, entre générations, et toujours matière à réflexion. Il était bien un « Homme-cinéma », expression faisant évidemment penser à L’homme à la caméra, de Dziga Vertov, une référence pour l’ethnologue, selon laquelle la caméra peut aller partout : cf. ci-dessous les thématiques traitées dans l’exposition, des rituels de possession jusqu’à la vie en métropole, en passant par  la mise en scène du corps ou la mise au point de techniques d’enregistrement visuel et sonore. Un parcours est ainsi proposé par cet ensemble de travaux, de nature à constituer un patrimoine, matériel (les productions cinématographiques) et immatériel (les pratiques filmées et transmises par le cinéma).

Continuer la lecture de « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma »

Recension d’un numéro de revue : ExPosition #2, « Exposer les images en mouvement »

Revue ExPosition visuel

Le deuxième numéro de la revue ExPosition, dont la mission porte sur l’ « analyse des enjeux propres à l’exposition des œuvres et objets d’art », est consacré à l’ « exposition des images en mouvement ». Il résulte de communications présentées lors d’une journée d’étude organisée par Caroline Tron-Carroz et Hélène Trespeuch, historiennes de l’art, et le Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, dont le thème était « Images en mouvement : enjeux d’exposition et de perception ».

Ce numéro de la revue s’articule autour d’exemples d’expositions – de 2002 à 2014 – à partir desquels les auteurs questionnent la mise en exposition des images en mouvement, dans le respect de l’intention qui a présidé à leur production et aux conditions de leur monstration.

Caroline Tron-Carroz introduit ce deuxième numéro en rappelant la diversité des approches possibles lorsqu’il s’agit d’examiner la conception et la scénographie d’une exposition de ce type d’images. Continuer la lecture de « Recension d’un numéro de revue : ExPosition #2, « Exposer les images en mouvement » »

Cambodge, la mémoire en débat/ Interview d’Adrien Genoudet autour de Quinzaine claire

La diffusion, au Louvre, de Quinzaine claire dans le cadre des 10e JIFA- Journées internationales du film sur l’art le 21 janvier, nous offre l’occasion de donner la parole au réalisateur de ce documentaire, Adrien Genoudet.  Nous le remercions d’avoir pris le temps de répondre par écrit aux quelques questions inspirées par son film.

Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet
Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet

Continuer la lecture de « Cambodge, la mémoire en débat/ Interview d’Adrien Genoudet autour de Quinzaine claire »

Le Brady, 60 ans de projections

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Le Brady, 60 ans de projections

Le Brady, dans le 10ème arrondissement de Paris, donne l’exemple d’une salle qui a résisté aux transformations de l’exploitation à l’heure où la plupart des cinéma de quartier ont désormais disparu, qui a su continuer à proposer des programmations très variées et à se reconvertir techniquement, comme le montrent les affiches, programmes et photographies de l’exposition. Cette dernière attache également de l’importance aux métiers et savoir-faire via des documents relatifs aux projections par exemple, qui donnent également l’occasion de mettre en valeur la culture populaire à la fois par la salle et par le quartier.
Le caractère patrimonial de la salle est mis en avant tout en donnant lieu à un certain fétichisme, qui va de pair avec les programmes de films de genre, horreur, épouvante, érotisme, qui ont fait la réputation de ce cinéma pendant une trentaine d’années. Mais Le Brady montre aussi des cinématographies peu connues (comme les films indiens). Il a été notamment la propriété de Jean-Pierre Mocky à partir de 1994 pour une quinzaine d’années et a été classé « Art et essai » en 2014, l’histoire de la salle illustrant une certaine idée du cinéma.

Exposition « Le Brady 60 ans de projections »
Affiche de l’exposition « Le Brady 60 ans de projections »
© Ruppert & Mulot

Continuer la lecture de « Le Brady, 60 ans de projections »

Gaumont – Le train du cinéma

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Gaumont – Le train du cinéma

Après l’exposition Gaumont 120 ans de cinéma (au 104 à Paris, 15 avril – 15 août 2015), un partenariat Gaumont, la SNCF et le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) continue de célébrer le cinéma. Un train du RER francilien est entièrement décoré, par des affiches, photos, inscriptions de répliques, etc., l’ensemble constituant une « exposition itinérante« .

Toutes ces images, composant une forme de vitrine, sont une manière de revenir sur l’histoire du cinéma et sur l’histoire de Gaumont (images des frères Lumière et de Léon Gaumont; présentation des films de Charlot; photo de L’arrivée du train en gare de La Ciotat; photos du Gaumont-Palace; cinéma des années 1930-1970 jusqu’à aujourd’hui, etc.). Elles font appel à la mémoire collective (exemples des répliques des Tontons flingueurs, de Georges Lautner; des images du Grand Bleu, de Luc Besson; des « trognes » des Visiteurs, de Christian Clavier; des visages de vedettes,  Bernadette Lafond, Jean-Claude Brialy, Yves Montand, Fernandel, etc.).

Une invite pour se distraire en regardant photos, affiches et textes comme à déambuler dans les wagons; en levant ou baissant les yeux, il y a toujours quelque chose à voir.

Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma
Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma – Photo du Dossier de presse

Continuer la lecture de « Gaumont – Le train du cinéma »