Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ?

Après la première séance de notre séminaire, dont Stéphanie a également rédigé un bilan, beaucoup de pistes de réflexion ont été dégagées. L’environnement web et numérique, qui a conditionné l’émergence du Mashup, a en effet permis une redistribution verticale de la parole culturelle et médiatique, faisant de la figure de « l’amateur » un acteur incontournable de la transmission culturelle, et par extension, garant d’une forme de patrimonialisation éloignée des institutions classiques. Ce phénomène, décrit comme l’illustration de la notion de « réversibilité » de Walter Benjamin par Laurence Allard, invitée lors de cette séance, permet de dépasser l’aspect ludique du recyclage culturel pour interroger ses enjeux mémoriels. L’utilisateur web en effet est pris entre une volonté de construction identitaire – Laurence Allard évoquant le concept d’individu bricoleur tiré de l’étude des usages et d’une sociologie de l’identité – et de partage communautaire (Stéphanie rappelle cette construction mosaïque via l’utilisation de Facebook). Cette pluralité de l’usage et cette défragmentation de la construction de l’individu instaure inévitablement une tension réflexive entre, d’une part, la croyance structuraliste d’un processus de fabrication ayant « du sens », ou au contraire, d’autre part, la foi quelque peu post-moderne en une approche iconique s’attachant à observer les éléments bruts, et non ce qu’ils représentent (et donc débarrassés des lectures sémiotiques)

Ces problématiques complexes ont toutefois été mises de côté pour favoriser une réflexion autour de la mémoire – mémoire du web, mémoire individuelle, et mémoire des cinéastes-mashupers. La simplification de l’accès à des informations non triées par des médias et la haute circulation du contenu en ligne ont entrainé la hausse de phénomènes d’engouement et de concentration dans le partage – ce que les médias populaires nomment « le buzz » et que Laurence Allard appelle « ritournelle » du web, autrement dit une sorte de « running gag » se jouant de l’accumulation et la surenchère, via le détournement d’un objet dont le potentiel absurde et comique avait été perçu par les utilisateurs – le « meme » étant l’exemple le plus marquant, notamment quand il emploie des images cinématographiques d’acteurs pris en flagrant délit de sur-jeu (Par exemple, la fameuse « mort » ratée de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan). Une crainte qu’avait pourtant prophétisée Robert Bresson si le cinéma persistait à imiter le jeu stéréotypé, selon lui, des acteurs de théâtre : « Les films de cinéma sont des documents d’historiens […] : comment jouait la comédie, à telle époque, tel ou tel acteur »[1]. « Visage expressif de l’acteur [de cinéma] où le plus petit pli, grossi à la loupe, évoque les excès du Kabuki »[2]. Lire la suite

Saison 2016-2017: « Muséalité du Mashup »

La saison 2016-2017 de l’APPIA, orchestrée par Alain Zind et Stéphanie-Emmanuelle Louis avec la collaboration de Vincent Auzas, défrichera quelques pans d’une vaste thématique : les rapports entre Mashup et patrimonialisation du cinéma, sous le titre « Muséalité du Mashup ».

Extracorpus, film d'Augustin Gimel

Extracorpus, film d’Augustin Gimel

Lire la suite

Gaumont – Le train du cinéma

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Gaumont – Le train du cinéma

Après l’exposition Gaumont 120 ans de cinéma (au 104 à Paris, 15 avril – 15 août 2015), un partenariat Gaumont, la SNCF et le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) continue de célébrer le cinéma. Un train du RER francilien est entièrement décoré, par des affiches, photos, inscriptions de répliques, etc., l’ensemble constituant une « exposition itinérante« .

Toutes ces images, composant une forme de vitrine, sont une manière de revenir sur l’histoire du cinéma et sur l’histoire de Gaumont (images des frères Lumière et de Léon Gaumont; présentation des films de Charlot; photo de L’arrivée du train en gare de La Ciotat; photos du Gaumont-Palace; cinéma des années 1930-1970 jusqu’à aujourd’hui, etc.). Elles font appel à la mémoire collective (exemples des répliques des Tontons flingueurs, de Georges Lautner; des images du Grand Bleu, de Luc Besson; des « trognes » des Visiteurs, de Christian Clavier; des visages de vedettes,  Bernadette Lafond, Jean-Claude Brialy, Yves Montand, Fernandel, etc.).

Une invite pour se distraire en regardant photos, affiches et textes comme à déambuler dans les wagons; en levant ou baissant les yeux, il y a toujours quelque chose à voir.

Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma

Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma – Photo du Dossier de presse

Lire la suite

Les archives cinématographiques, entre art et histoire. Regards croisés des activités cinématographiques de Christian Delage et Claude Bossion

Compte Rendu 

Séance  #4

Pour la reprise du séminaire APPIA, l’idée a été de mettre en parallèle les travaux de Claude Bossion et ceux de Christian Delage, le premier cinéaste, sociologue de formation, le second historien, devenu cinéaste. Malgré une pratique différente, la démarche des deux réalisateurs reste la même : détourner un matériau historiographique en un médium narratif-cinématographique. Une tension entre pédagogie ou vulgarisation scientifique d’une part, et création artistique d’autre part pourrait exister, mais leurs films et leurs démarches rappellent que le cinéma documentaire n’est pas voué à l’information, mais bel et bien à un jeu entre dispositif filmique et sujet traité, sous le prisme du regard et du discours du cinéaste lui-même ; or dans le cas de Claude Bossion et de Christian Delage, leurs mises en scène restent des mises en scène de l’histoire.

Lire la suite

Séance#5 In Situ Exposition « Les années Ovahimba / Rina Sherman » à la BnF

Dans le cadre du cycle « Imageries de l’autre pour l’histoire », l’APPIA sera reçu le 13 novembre à la BnF. Cette séance In Situ permettra au groupe de découvrir l’exposition temporaire « Les années Ovahimba / Rina Sherman », inaugurée le 29 septembre 2015 dans la Galerie de donateurs du Site François Mitterrand.

Les Années Ovahimba. Copyright: Rina Sherman

Les Années Ovahimba. Copyright: Rina Sherman

 

Lire la suite

Gaumont 120 ans de cinéma

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Gaumont 120 ans de Cinéma

A travers cette exposition commémorative, Gaumont, l’une des deux plus grandes et anciennes compagnies françaises de cinéma, propose un survol de ces activités, depuis les débuts du cinématographe jusqu’à aujourd’hui. Le 104, qui se présente comme un « espace de vie artistique et culturel permanent », et la ville de Paris, qui fait en permanence la promotion du cinéma, offrent un espace à la célébration de ces 120 ans de création, production, distribution, exploitation. Le 104 était un lieu tout désigné pour cette exposition, par sa proximité géographique et historique de Gaumont (à l’origine installée dans le 19ème arrondissement de Paris); Gaumont comme le 104 affichent avec cette exposition leur volonté de s’adresser au public populaire. L’exposition associe le patrimoine cinématographique  de Gaumont et l’art contemporain (des œuvres d’Annette Messager évoquant films et stars; une « installation lumineuse et interactive » d’Alain Fleischer), répondant aussi à la vocation du 104 d’accueillir toutes les esthétiques .

Exposition Gaumont 120 ans. Affiche

Exposition Gaumont 120 ans. Affiche

Lire la suite

Cycle APPIA : « Imageries de l’autre pour l’histoire »

Pour sa deuxième saison l’APPIA propose, dans le cadre de l’accueil de l’Atelier à l’IHTP, trois séances sur le thème « Imageries de l’autre pour l’histoire ».
La notion d' »Imageries » évoque non seulement les ensemble d’images, mais aussi les dispositifs d’échange et de production de celles-ci. Quant à « l’autre », c’est évidemment celui qui se distingue de celui qui filme; mais plus largement aussi, de ceux qui regardent ou s’emparent de ces images pour les remonter.

Lire la suite

Séance#4 : « Les Archives cinématographiques, entre art et histoire », 9 octobre 2015

Pour sa deuxième saison à Paris, l’APPIA reprendra ses activités le vendredi 9 octobre à 14h, à l’Institut d’histoire du temps présent.

Pour cette séance « Regards croisés » portera sur le thème :  » Les archives cinématographiques, entre art et histoire. D’une prédisposition historiographique à une configuration artistique ? »

Photogramme de Nüremberg. Les Nazis face à leurs crimes (C. Delage)

Photogramme de Nüremberg. Les Nazis face à leurs crimes (C. Delage)

Lire la suite

Cinéma Premiers Crimes

Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Cinéma Premiers crimes

Dans sa politique d’exposition, la Ville de Paris laisse la part belle au cinéma. Elle rappelle ainsi régulièrement que, depuis ses primes heures, le Septième Art a permis d’immortaliser la capitale française…et du Septième Art. En douze stations, Cinéma Premiers crimes ramène le visiteur au temps du muet, lui fait explorer les méandres d’un genre, lui révélant les secrets du film criminel jusqu’à son apogée et lui découvrant les racines du film de gangster.

Exposition Cinéma Premiers Crimes. Affiche. DR.

Exposition Cinéma Premiers Crimes. Affiche. DR.

Lire la suite

Time Capsules / Andy Warhol

Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Time Capsules / Andy Warhol

Le matériau archivistique est au coeur de l’exposition Time Capsules. Tendant à dévoiler l’intimité d’Andy Warhol, l’exposition déballe les souvenirs systématiquement rassemblés par l’artiste pendant une douzaine d’années au son des Songs for Drella, composées en hommage par Lou Reed et John Cale. La vidéo du concert, entière ou par extraits, revient en différents points du circuit. Dans la présentation de l’exposition qu’il réalise pour la ville de Marseille, le directeur du Musée d’art contemporain signale que l’originalité de l’exposition réside dans l’articulation du circuit autour de ce concert d’hommage à Warhol1.

Visuel de l'exposition Time Capsules à Marseille D.R

Visuel de l’exposition Time Capsules à Marseille D.R

Lire la suite

  1. Film consultable ici. La citation intervient à 1 minute 32 []

Séance inaugurale de l’APPIA #1

La première séance de l’Atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées se tiendra à Paris le mardi 4 novembre à partir de 14h et jusqu’à 17h environ. Elle se déroulera en partenariat avec la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, inaugurée et ouverte au public en septembre dernier.

Il s’agira de présenter les objectifs de l’atelier en contexte. Après un parcours dans l’exposition permanente et une rencontre avec l’une de ses commissaires, nous reviendrons sur la conception du dispositif et discuterons des divers recours qui sont faits aux images animées dans ce circuit.

La séance est ouverte à tous, mais pour un bon déroulement merci de vous inscrire à: carnetappia@gmail.com

 

APPIA : présentation de la première année d’atelier

La création de l’APPIA se situe dans la lignée de la publication du numéro de Conserveries mémorielles #16: Patrimoines et images animées, mutualiser les regards, qui venait lui-même clore une aventure entamée en 2010 au sein de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS).

Pour cette année de lancement, l’APPIA bénéficie du soutien de l’IHTP. Son programme a été élaboré par deux postdoctorants du laboratoire, déjà investis dans les étapes antérieures de la réflexion: Vincent Auzas et Stéphanie-Emmanuelle Louis1 .

De manière globale, nous avons souhaité que les séances de l’APPIA adoptent une forme vivante, alternant interventions académiques, visites dans des lieux de conservation ou d’exposition permanente et temporaire, séances de réflexion collective sur des outils de développement de l’analyse des politiques patrimoniales et dispositifs muséographiques.

Lire la suite

  1. Nous signalons également la participation de Nicolas Schmidt, ingénieur de recherche à l’IHTP, à la direction du numéro de Conserveries mémorielles paru en septembre 2014 []