Mexique 1900-1950

 Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Mexique 1900-1950

L’exposition était organisée par la RMN-Grand Palais et le Secretaria de Cultura Instituto Nacional de Bellas Artes, Museo Nacional de Arte, Mexico. Elle proposait un panorama des arts du Mexique au XXe Siècle. Si la peinture était la plus représentée, comme le suggéraient les noms de Diego Rivera ou Frida Kahlo figurant sur l’affiche, l’art cinématographique y avait aussi sa place. D’eisenstein à Iñarritu. Outre trois espaces de projections cinématographiques, d’autres écrans étaient disséminés dans l’exposition, dédiés à la diffusion d’audiovisuels documentaires ou d’œuvres vidéo.

Affiche de l'exposition Mexique 1900-1950

Affiche de l’exposition Mexique 1900-1950

Lire la suite

Cambodge, la mémoire en débat/ Interview d’Adrien Genoudet autour de Quinzaine claire

La diffusion, au Louvre, de Quinzaine claire dans le cadre des 10e JIFA- Journées internationales du film sur l’art le 21 janvier, nous offre l’occasion de donner la parole au réalisateur de ce documentaire, Adrien Genoudet.  Nous le remercions d’avoir pris le temps de répondre par écrit aux quelques questions inspirées par son film.

Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet

Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet

Lire la suite

Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ?

Après la première séance de notre séminaire, dont Stéphanie a également rédigé un bilan, beaucoup de pistes de réflexion ont été dégagées. L’environnement web et numérique, qui a conditionné l’émergence du Mashup, a en effet permis une redistribution verticale de la parole culturelle et médiatique, faisant de la figure de « l’amateur » un acteur incontournable de la transmission culturelle, et par extension, garant d’une forme de patrimonialisation éloignée des institutions classiques. Ce phénomène, décrit comme l’illustration de la notion de « réversibilité » de Walter Benjamin par Laurence Allard, invitée lors de cette séance, permet de dépasser l’aspect ludique du recyclage culturel pour interroger ses enjeux mémoriels. L’utilisateur web en effet est pris entre une volonté de construction identitaire – Laurence Allard évoquant le concept d’individu bricoleur tiré de l’étude des usages et d’une sociologie de l’identité – et de partage communautaire (Stéphanie rappelle cette construction mosaïque via l’utilisation de Facebook). Cette pluralité de l’usage et cette défragmentation de la construction de l’individu instaure inévitablement une tension réflexive entre, d’une part, la croyance structuraliste d’un processus de fabrication ayant « du sens », ou au contraire, d’autre part, la foi quelque peu post-moderne en une approche iconique s’attachant à observer les éléments bruts, et non ce qu’ils représentent (et donc débarrassés des lectures sémiotiques)

Ces problématiques complexes ont toutefois été mises de côté pour favoriser une réflexion autour de la mémoire – mémoire du web, mémoire individuelle, et mémoire des cinéastes-mashupers. La simplification de l’accès à des informations non triées par des médias et la haute circulation du contenu en ligne ont entrainé la hausse de phénomènes d’engouement et de concentration dans le partage – ce que les médias populaires nomment « le buzz » et que Laurence Allard appelle « ritournelle » du web, autrement dit une sorte de « running gag » se jouant de l’accumulation et la surenchère, via le détournement d’un objet dont le potentiel absurde et comique avait été perçu par les utilisateurs – le « meme » étant l’exemple le plus marquant, notamment quand il emploie des images cinématographiques d’acteurs pris en flagrant délit de sur-jeu (Par exemple, la fameuse « mort » ratée de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan). Une crainte qu’avait pourtant prophétisée Robert Bresson si le cinéma persistait à imiter le jeu stéréotypé, selon lui, des acteurs de théâtre : « Les films de cinéma sont des documents d’historiens […] : comment jouait la comédie, à telle époque, tel ou tel acteur »[1]. « Visage expressif de l’acteur [de cinéma] où le plus petit pli, grossi à la loupe, évoque les excès du Kabuki »[2]. Lire la suite