Retour sur la séance #5: De quelques dimensions muséales du Mashup…

Au titre de cette 3e saison de l’APPIA, il manque peut-être un point d’interrogation. Car c’est une question, plutôt qu’une affirmation qui se cache derrière « Muséalité du mashup ». Quelles lignes de fuite poser?

Julien Lahmi face à Munchferatu. Copyright: S.E.Louis

Julien Lahmi face à Munchferatu. Copyright: S.E.Louis

Des Mashups comme musées imaginaires

D’abord, celle proposée dans l’ouvrage dirigé par Barbara Le Maître et Jennifer Verraes, Cinéma Muséum, qui définit: d’une part, le cinéma aussi comme « le nom d’œuvres et d’expériences dans lesquelles le musée peut être repensé »1 ; de l’autre, le musée comme « un ensemble d’opérations »2 plus qu’un cadre architectural. Et en effet, à travers les gestes de prélèvement, réemploi et agencement visuels ou sonores du Mashup, on retrouve les fonctions du musée de collecte, mise à disposition et intellection des matériaux rassemblés.

L’intervention de Laurence Allard a permis de restituer la pratique du Mashup dans un ensemble d’usages expressifs du web, consistant en une appropriation de matériaux préexistants à travers des collages ou remixes à des fins d’identification ou qualification de soi. A l’instar du mur Facebook qui expose les contenus divers prélevés de-ci de-là, jugés dignes d’être partagés, et qui composent finalement une mosaïque représentative de la personnalité d’un individu, le Mashup rassemble en un montage animé des éléments visuels et sonores. On remarque que ces ensembles formés grâce aux possibilités de reproduction et de partage démultipliées qu’offre le numérique constituent autant de musées imaginaires, à la fois intimes et surexposés.  Les mashupers  « Hommageurs » ne travaillent-ils pas à partir des « films de leur panthéon » ?3.

Dans son interprétation du concept de muséalité, Julien Lahmi a choisi de nous montrer deux mashups ayant trait aux arts picturaux. En somme, il s’agissait de montrer en quoi le mashup se nourrit des arts déjà muséalisés. Le premier mashup, Munchferatu confronte l’univers d’Edward Munch aux images, musiques et dialogues de films. Il saluait le passage de l’œuvre de Munch dans le domaine public. On remarque avec intérêt que le générique de fin signale les « films emprunts » à l’instar d’un cartel de musée qui documenterait un objet en exposition.  Le second mashup, Les dessous du Pop, a été réalisé dans le cadre d’un concours lancé par MK2 sur le thème du Pop. Il a travaillé à partir d’images fixes, célèbres ou amateurs, en cherchant à articuler les notions de popularité, populaire et populisme. Les matériaux mis en présence évoquent la diffusion et la réappropriation du pop art.

Dans les deux cas, il s’agit bien de « développer une idée propre à partir des créations des autres » à l’instar de ce que peut faire un commissaire d’exposition. Une question se pose ensuite: si le Mashup est une forme muséale, comment contribue-t-il à la patrimonialisation du cinéma?

Du Mashuper en cinéphile

Si la matière du Mashup cinéma ne provient pas uniquement des films, à travers sa pratique peut toutefois s’esquisser une silhouette du Mashuper en cinéphile; comme en témoigne Julien Lahmi. Sur son site, il désigne les cinéastes Mashup « Hommageurs » comme ceux qui « subliment les œuvres des autres en les condensant »4.

Pour lui, qui s’est d’abord emparé de found footage avant de passer au mashup, une distinction fondamentale doit être posée entre ceux pratiques du remploi.  Quand le found footage consiste à «prendre  l’image perdue », le mashup prend « l’image surexposée pour lui faire dire autre chose ». Selon lui, le Mashup répond à une véritable volonté de rendre hommage, les emprunts honorent  les « cinéastes de première main », et c’est une manière de diffuser le patrimoine constitué par leurs œuvres.

Il précise, lors de notre séance, que  le cinéaste hommageur est « celui qui a évacué toute pulsion égotique dans  son travail d’agencement. » Il considère, par exemple, le travail d’Alexandre Gasulla comme une « pure mise en valeur patrimoniale du cinéma ». Lorsqu’il parle de l’effet produit par un mashup, Julien Lahmi évoque un « puzzle qui donne envie de revoir ». Il souligne d’ailleurs le mélange des cultures cinéphiles au sein de ses films. On note la dimension érudite du jeu qui s’instaure avec les spectateurs.

Julien Lahmi livre aussi son expérience lors d’actions scolaires, où ses Mashups ouvrent aux collégiens des perspectives sur de nouveaux cinémas, peu ou in-connus. Et, à cet égard, on suggère qu’un mashup aurait un effet de levier dans la transmission des images cinématographiques. La médiation patrimoniale s’effectuerait par le truchement de la forme  du collage numérique, familière des 2.0 natives, pour les ramener vers des films anciens.

De l’institutionnalisation du Mashup

Au-delà de sa capacité à être une forme de musée du cinéma, le mashup est-il un objet muséal en devenir? Et, le cas échéant, quels sont les moyens de cette muséalisation? En cela, les études sur la patrimonialisation du cinéma montrent que les dispositifs de légitimation culturelle (comme les festivals, colloques et publications) font partie des premiers jalons dans le processus.

Affiche du 1er Mashup Film Festival

Le site Mashup Cinéma, de l’Encyclopédie du cinéma d’emprunt à l’ère numérique,  participe à l’institutionnalisation du Mashup. En 2011, le Forum des images avait créé à Paris le Mashup Film festival de sa reconnaissance au titre des nouvelles pratiques cinématographiques, liées au numérique.  Le site de la dernière édition, en 2014, contenait un onglet « Mashup ? » proposant, entre autres, des articles sur les « Précurseurs » ou « Les genres ».

Le « webzine encyclopédique du cinéma d’emprunt à l’ère numérique » inauguré par Julien Lahmi, suite à l’arrêt du MFF, poursuit cette démarche de catégorisation, également à l’œuvre dans l’histoire de l’art, lorsqu’elle distingue des écoles , des auteurs, etc… Le propose différentes rubriques qui sont autant de voies pour comprendre l’univers du cinéma Mashup, créer des lignes d’intellection. Dans ce même mouvement de valorisation et d’institutionnalisation, est intervenue la Journée d’études à l’Université Paris VIII au printemps dernier.

Toutefois, au-delà de l’institutionnalisation, l’aspect législatif importe aussi dans le processus de patrimonialisation. Il a fait débat lors de cette première séance et méritera d’être éclairé à l’avenir.

 

  1. Barbara Le Maître, Jennifer Verraes, « Préambule », in Cinéma Muséum. Le Musée d’après le cinéma, PUV, Saint-Denis, 2013, p.5 []
  2. Ibidem. []
  3. http://www.mashupcinema.com/fr/cineastes/les-hommageurs/ []
  4. http://www.mashupcinema.com/fr/cineastes/les-hommageurs/ []

Ce contenu a été publié dans Billets, Séances APPIA par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d'Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d'Aix-Marseille).

Une réflexion au sujet de « Retour sur la séance #5: De quelques dimensions muséales du Mashup… »

  1. Ping : Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ? | APPIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *